Télécharger
l’édition n°861
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Carton plein pour les « lifteurs »

Pays-d'Enhaut Les ados ayant participé au programme «LIFT» ont reçu leur certificat le 27 juin: le projet est très bien accueilli, tant par les stagiaires que par les entreprises.

Les «lifteurs» du Pays-d'Enhaut, ici avec leur coordinatrice Carole Ramel (à g.), ont monté une pièce de théâtre pour évoquer leur parcours.DR

Valérie Passello

En place depuis 5 ans au Pays-d'Enhaut, l'Association LIFT est victime de son succès. Une quinzaine de jeunes ont achevé leur parcours cette année. Pendant leur temps libre en-dehors des heures d'école, ces ados ont suivi des stages de trois mois en entreprise (voir Le Régional n°844), ce qui représente 250 heures cumulées de travail.

Cet engouement réjouit la coordinatrice et coach de vie Carole Ramel: «Nous avons la chance de collaborer avec 89 entreprises. Et tout le monde y trouve son compte: l'expérience est très enrichissante pour les jeunes, mais elle contribue aussi au maintien de l'activité économique du Pays-d'Enhaut. D'ailleurs, depuis que le programme existe, beaucoup d'entreprises ont intégré comme apprentis d'anciens stagiaires LIFT», raconte-t-elle.

Pour faire la différence

L'intérêt pour LIFT est si grand au sein des élèves du Pays-d'Enhaut que l'association doit se limiter à une sélection de 10 participants par an – la volée 2017 était exceptionnelle - afin d'assurer un suivi de qualité. Car on ne s'engage pas à la légère, précise Carole Ramel: «Les patrons sont souvent étonnés de voir à quel point les jeunes sont bien préparés. Pendant le stage, je vois les «lifteurs» une fois par semaine. Chacun doit présenter un rapport devant les autres, ce qui permet d'aborder les éventuels problèmes rencontrés, mais surtout de partager les expériences». Lors de la remise des certificats le 27 juin, les jeunes ont créé une pièce de théâtre caricaturant les différences entre «lifteurs» et «non-lifteurs». Carole Ramel commente: «La pièce était drôle, mais tout de même représentative. Au fil du programme, on voit leurs épaules qui remontent, la confiance qui s'installe. J'aime bien les filmer lors de notre première rencontre; je leur montre les images à la fin et ils réalisent à quel point l'expérience les a changés».

Date:13.07.2017
Parution: 861

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio