Télécharger
l’édition n°863
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Courir en rose pour la bonne cause

Course à pied La Montheysanne, épreuve 100% féminine, donnera le coup d'envoi de sa 6e édition le 20 août. Plus de 1'700 femmes et jeunes filles s'uniront sous une bannière commune pour la lutte contre le cancer.

Davantage que pour un chrono ou une compétition, les femmes enfilent leurs baskets pour mieux marquer leur soutien aux personnes touchées par la maladie.DR

Oriane Binggeli

Voir Monthey en rose. Si cette idée vous plaît, allez donc y faire un tour le 20 août. Près de 1'800 dossards fuchsia devraient colorer la région durant la journée, le tout porté par un peloton entièrement féminin. «Bien sûr, la course à pied suscite un engouement particulier depuis quelques années, observe Florian Jeanneret, responsable communication de la Montheysanne. Mais la création de l'événement est antérieure à l'explosion de la tendance.» Cette course 100% féminine, qui s'engage dans la lutte contre le cancer, s'apprête à signer sa 6e édition et compte déjà plus de 1'000 inscriptions.

Nœud rose vu du ciel

Si la mode n'est pas en cause, comment expliquer ce succès grandissant, alors que les manifestations sportives similaires ne manquent pas dans la région? «Plus qu'un chrono ou une compétition, les femmes enfilent leurs baskets pour mieux marquer leur soutien aux personnes touchées par la maladie, analyse la présidente Magaly Lambert. Bien que les bénéfices soient versés à la ligue valaisanne de la lutte contre le cancer, quel qu'il soit, le cancer du sein est davantage au centre de la symbolique que nous véhiculons.»

A l'occasion du 5e anniversaire de la course, les organisateurs avaient d'ailleurs marqué le coup en réunissant les participantes dans une configuration particulière. «Vue du ciel, c'était un magnifique nœud rose, se souvient le responsable communication, avant d'ajouter en souriant: nous préparerons une nouvelle surprise pour les dix ans.»

Les hommes spectateurs

Courir entre mère et fille, amies, copines, voici aussi un concept qui ravit les dames. «C'est ce qui plaît et qui fait notre originalité, assure la présidente. Beaucoup de femmes se sentent plus à l'aise lorsqu'elles tracent la route entre elles, dans le confort et l'intimité.» Alors évidemment, de nombreux hommes pourraient se sentir frustrés d'être mis de côté, relayés au rôle de simples spectateurs. «Ou bénévoles! argumente Magaly Lambert. Il est toujours possible de donner sa contribution au bon déroulement de la journée pendant que madame s'active sur le terrain.»

Au programme: une pluie de possibilités. Aucun marathon olympien ne troublera l'atmosphère bon enfant et festive, puisque le parcours le plus long s'étend sur une dizaine de kilomètres. Les plus jeunes pourront tester leur endurance sur 500, 1'000, ou 2'500 mètres tandis que les adeptes de nordic walking s'élanceront sur une piste de 10 km. Sans oublier la course de soutien sans chrono, mise en place l'an dernier. «Nous avons adapté nos options à tous les niveaux et toutes les générations, se réjouit la présidente. Concernées directement ou encouragées par leurs parents, les fillettes sont ainsi sensibilisées au combat que nous menons.»

Rires, larmes et sueur

En six ans, la Montheysanne a su se tailler sa réputation, attirant chaque année de nouvelles adeptes, sans oublier un noyau dur d'habituées. De quoi rappeler de nombreux souvenirs aux initiateurs. «Des rires, des larmes et de la sueur, concède Florian Jeanneret. Les femmes savent s'encourager mutuellement pendant l'effort et c'est toujours une fierté de franchir la ligne d'arrivée, seule ou tirée par une meneuse.»

Date:10.08.2017
Parution: 863

En mémoire de Charlyne

Cette année, la manifestation compte également sur le soutien de l'association Pako'z'otre, fondée par la famille de la jeune Charlyne. «Cette dernière avait tellement insisté pour courir avec nous il y a deux ans», se rappelle Florian Jeanneret. La petite, alors âgée de 8 ans, était elle-même atteinte d'un cancer au cerveau. «Elle avait arraché des larmes à tout le monde à l'issue de sa performance.» Aujourd'hui décédée, ses parents lui rendent hommage et viennent chaque jour en aide aux enfants malades.

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio