Télécharger
l’édition n°864
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Pas touche à mes armoiries

Oron La Municipalité souhaite que l'utilisation de son emblème soit soumise à autorisation. En cause: non pas de l'abus mais de régulières déformations du modèle original.

DR

Valérie Blom

Un fond rouge, un lion et dix billets jaunes. Les armoiries d'Oron n'ont pas été définies par hasard: le graphiste Olivier Delacrétaz les a imaginées avant la fusion des dix autorités (Bussigny-sur-Oron, Châtillens, Chesalles-sur-Oron, Ecoteaux, Oron-la-Ville, Oron-le-Châtel, Palézieux, Les Tavernes, Les Thioleyres et Vuibroye) au 1er janvier 2012. Le passionné d'héraldique est parvenu à surmonter la difficulté de réunir dix blasons en un. Une œuvre aboutie qu'on ne peut pas employer à tort et à travers: la Municipalité a décidé que son utilisation devait être soumise à autorisation.

«Il n'y a pas eu de problème d'utilisation abusive ou associée au mauvais message. Le dessin se retrouve souvent tout simplement déformé», détaille le syndic, Philippe Modoux. Le public ne prêterait pas suffisamment attention à télécharger le bon modèle. «Le lion devient alors une espèce de griffon! Je ne sais pas sur quel site certains vont le chercher, mais nous préférons que les contours exacts soient respectés.»

Seule commune à le faire

L'édile relève toutefois qu'il est difficile de contrôler exactement l'utilisation des armoiries. «Souvent, lorsque nous remarquons l'erreur, il est déjà trop tard. Le dessin est publié.» La commune ne souhaite pas pour autant interdire l'emploi du symbole. «Je ne suis pas certain qu'exiger une autorisation va révolutionner le système, reprend-il. Au minimum les sociétés locales doivent être attentives et utiliser le logo correct.»

Concrètement, il s'agit surtout de demander le bon modèle à l'administration oronaise. Il n'est pas nécessaire de passer directement par la Municipalité. «Dans ce cas, je ne suis pas gardien des sceaux», rigole le syndic. A sa connaissance, Oron serait la seule commune à protéger ses armoiries.

Date:16.08.2017
Parution: 864

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio