Télécharger
l’édition n°820
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Place du Marché en 2019:
Vevey se prend à rêver...

Voitures en surface ou voitures en sous-sol, espace rendu aux piétons ou emprise des terrasses des restaurateurs accrue? Depuis plus de 20 ans, l'emblématique Place du Marché fait l'objet de nombreuses discussions sans jamais aboutir à un réaménagement concret. Entre marché bi-hebdomadaire, cirques, forrains, spectacles ou circulation automobile, les contraintes sont grandes. Et plus grandes encore les attentes, tant cette esplanade urbaine à ciel ouvert attire bien au-delà de la seule ville de Vevey. Mais d'ici à 2019, date de la prochaine Fête des Vignerons, il faudra faire un choix quant à son futur visage. C'est du moins l'objectif annoncé des autorités: que les travaux démarrent après les festivités. Prenant les devants, deux jeunes architectes dévoilent un projet inédit, après avoir consacré à cette place leur travail de master à l'EPFL. Au même moment, la Municipalité s'apprête à demander un crédit de 380'000 frs afin d'organiser un concours d'architectes-paysagistes pour son réaménagement. Le Régional ouvre le débat.
Date:15.09.2016
Parution: 820

Au sommaire cette semaine

Opinion

Pauvres de nous

L'avènement institutionnalisé du politiquement correct aurait-il cassé les ressorts du comportement humain spontané? L'américanisation de la vie professionnelle, avec son sillage d'hommes de lois aux activités lucratives 7/7 et 24/24 aurait-elle eu raison même des plus engagés de nos indignés? Où sont les Stéphane Hessel ou, dans un genre plus guerrier, les Che Guevara? Les penseurs d'antan, les Montesquieu, Pascal, Rousseau ou Voltaire se voient aujourd'hui remplacés par les très actifs démiurges de la Silicon Valley (Google, Apple, Uber, Musk etc..) dotés de volontés messianiques. Mais alors que nous restera-t-il dans ce monde robotisé et lobotomisé si ce n'est des éclats de voix de quelques tribuns dangereux du nom de Bachar, Erdogan ou dans un nouveau genre Trump? Avons-nous encore le droit ou l'envie de penser sachant que le politiquement correct ne laisse plus de place ni à l'analyse ni à l'expression? Et si, insidieusement, le malaise s'installait au point de pousser nos classes dirigeantes à reléguer aux oubliettes toute forme d'autorité et de courage décisionnel? Les cantons se laissent déjà berner par la Confédération (LAT, Taxe poubelles, etc). La Berne Fédérale est à la merci de Bruxelles, elle-même caniche Washington. Ne sommes-nous pas en train de paver la voie à des Poutine, Erdogan et autres Ayatollah? Des législatives se profilent en divers endroits d'Europe qui tous manquent singulièrement de leaders avec une vision. Faut-il voter dans ces conditions? Une sérieuse dérive est en route. Le peuple serait inspiré d'y veiller. Mais d'abord il faut le réveiller....

Nina Brissot