Télécharger
l’édition n°955
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Comptes communaux 2018:
notre comparatif

12 pages spéciales

• Résultats et maitrise des charges
• Autofinancements et investissements
• Dette nette et recettes fiscales par habitant
• 41 communes, analyses et commentaires

Date:27.06.2019
Parution: 955

Au sommaire cette semaine

EDITORIAL

Canton-Communes: au-delà du bras de fer

Chaque année depuis 2013, le Régional publie, analyse et commente un comparatif des comptes des communes de sa zone de diffusion. Et comme chaque année, en filigrane, cette complainte de leurs autorités, droite en tête, contre la «facture sociale cantonale», établie par un gouvernement de gauche.

Avec une dette de 8,6 milliards en 2004, le Canton était dans une situation catastrophique. Parmi les mesures prises, il a été demandé aux communes de supporter 50% des dépenses sociales, contre 33,3% auparavant. Un poste qui a fortement augmenté, les communes assumant en 15 ans 3,2 milliards de dépenses sociales supplémentaires. En cause, notamment: le démantèlement progressif des assurances sociales – chômage et AI. Dernier exemple, la suppression en 2010 des 120 jours d’indemnités supplémentaires pour les cantons à fort chômage, dont Vaud, a été suivie d’une explosion des bénéficiaires de l’aide sociale. Or à chaque fois, la droite a soutenu ces baisses de prestations.

Reste que l’objectif – aider le Canton à retrouver meilleure fortune – est atteint. En 2018, sa dette a fondu à moins d’un milliard, tandis qu’il annonce un bénéfice de 590 millions, son quatorzième bénéfice consécutif. Mais la tendance s’est inversée, cette même facture sociale alourdissant désormais les comptes communaux.

Or, alerte l’Union des communes vaudoises, proportionnellement, celles-ci doivent soutenir une dette 9,2 fois plus élevée que celle du Canton et assumer des investissements 3,5 fois supérieurs au Canton. D’où recours à la dette et/ou à des hausses d’impôts.

Dans ce contexte, la récente annonce du Conseil d'Etat, prêt à reprendre dès 2022 l’entier de la facture sociale à sa charge, moyennant une bascule d’impôts à définir, sonne comme un grand soulagement du côté des communes. Il faut dire qu'elles avaient haussé le ton en février, avec le vote au Grand Conseil d’un moratoire visant à plafonner à l'avenir leur part de cette facture sociale au niveau de 2018. Un bras de fer d’apparence payant, mais qui pourrait signifier la perte d’un précieux outil. Car ce système de paiement solidaire des prestations entre Canton et Communes leur permettait de conserver à la fois une vision générale et une compréhension fine de leurs réalités sociales. Et ainsi d’assurer une gestion au plus près des besoins de leurs habitants.

 

Serge Noyer, rédacteur en chef adjoint