Télécharger
l’édition n°983
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Vidéosurveillance:
Le mirage sécuritaire

Largement banalisées, des caméras fleurissent ici et là, comme autour des écoles d'Oron en 2019 ou à Lutry dès 2004 (notre photo de page Une). En mains étatiques, elles filment l'espace public. Mais sont-elles vraiment efficaces pour lutter contre délinquance et délits? Oui, répondent les municipalités qui ont franchi le pas: elles dissuadent les auteurs potentiels et permettent de confondre les coupables. Pourtant, selon les scientifiques, ces dispositifs n'ont pas d'effets préventifs, provoquent un déplacement de la criminalité, augmentent le sentiment de sécurité pour un temps seulement et permettent rarement d'identifier les délinquants. Qui dit vrai? Au-delà de cette question, des communes explorent des alternatives - animateurs sociaux, nouvelles installations sportives - à l'image d'Epalinges ou Aigle. Enquête.
Date:13.02.2020
Parution: 983

Au sommaire cette semaine

Opinion

Panique à bord

C

elui par qui le chaos politique britannique est arrivé voyage sous escorte. David Cameron qui, à des fins électorales qui ont finalement mal tourné, a proposé le vote du Brexit. Il a perdu. Il est parti. C'était en 2016. Depuis la Grande Bretagne a dansé le tango, un pas en avant, deux en arrière pour finalement se placer au bord d'un précipice et faire un grand pas en avant le 31 janvier.Mais, malgré 4 années écoulées, l'homme du Brexit n'ose pas voyager sans une escorte armée. Or, dans l'avion qui le ramenait de New York, il a mal choisi son garde rapproché. Savait-il que c'était un grand étourdi? Ou peut-être que sa prostate le chicanait sérieusement? Toujours est-il que l'agent de Metropolitan Police Service, en civil mais armé, s'est précipité sur les gogues, oubliant dans son soulagement toute responsabilité liée à son grade. Ravi et content d'avoir pu se satisfaire, il est ressorti. L'histoire ne dit pas s'il s'est lavé les mains. Certainement pas, car comment alors n'aurait-il pas vu qu'il avait laissé son colt, chargé s'il vous plait, au cas où un virus se serait sournoisement introduit dans l'espace clos. Mais aussi son passeport et celui de l'ex premier ministre. Il n'y a pas de service dame pipi dans les avions de British Airways. Aussi lorsqu'un voyageur s'est pointé dans l'espace, il s'est étonné. Mais avec un flegme très Brit, il a d'abord pris une photo des objets du litige avant de retourner s'asseoir et d'aviser le personnel de manière à ce qu'il soit entendu des autres passagers. Panique à bord. Puis très British aussi, le capitaine a calmé les esprits. Le garde a été dégradé et on ne saura jamais si le passager photographe a pu faire pipi. Morale de l'histoire? Quand on lance un Brexit dans son pays, on déménage.