Télécharger
l’édition n°988
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Sans emploi de longue durée:
Ces chômeurs «indésirables»

La Suisse aime à se bercer d'illusions sur sa santé économique. Pays de croissance et de plein-emploi, vraiment? À croire Caritas, qui brosse un portrait peu flatteur du chômage dans notre pays, l'affaire n'est pas si simple. D'ailleurs, le nombre de chômeurs varie du simple au double entre les chiffres du Secrétariat d'État à l'économie et ceux de l'Office fédéral de la statistique, de 2,6% à 4,2%. Score qui se rapproche de la moyenne de l'Union européenne, de 6,3%. Sans oublier les sans-emplois de longue date, un an et plus, un problème qui concerne un cas sur sept. Pour ces chômeurs chroniques, le retour à l'emploi est plus difficile et peut devenir un véritable parcours du combattant. Pourtant, il n'y a pas de chômage incompressible, estime Caritas, qui propose des solutions. Analyse et témoignage.
Date:19.03.2020
Parution: 988

Au sommaire cette semaine

Opinion

Parlez-vous Corona?

Il est partout. Pas bien gros le voyou, tout juste 400 nanomètres mais sa puissance est nucléaire! En quelques mois, il a réussi ce qu'aucun chef d'Etat ou autre dictateur régalien n'ont jamais réussi. Il a changé le monde et imposé sa langue. Surtout, et c'est un exploit hors norme, le Covid-19 nous a libérés du climat et de l'écologie. Certes pas pour le meilleur, mais tout de même, ça fait diversion. Pouvoir cliquer sur une touche ou tourner un bouton sans aussitôt entendre que nous sommes des destructeurs de la planète nous repose. Entendre le gouvernement dire qu'il va libérer des milliards au lieu de jouer les grippe-sous ressemble à l'arrivée des Rois-Mages à la crèche. Et de pouvoir dire qu'il faut se laver les mains sans avoir l'air d'une chochotte nous donnerait presque envie de serrer des mains même à ceux qui sortent du pissoir. Le bon côté du mur au soleil nous apprend aussi que, bien que nous nous retrouvions internés en Suisse (Dürrenmatt le disait déjà «Les Suisses sont leurs propres gardiens de prison)... bien que nous ayons des recommandations bien appuyées de ne pas la quitter... il nous reste l'avantage de vivre une catastrophe qui n'est pas une guerre. Certes une pandémie peut tuer plus de civils qu'une armée de drones. La peste noire, également démarrée en Chine (province de Hubei), a laissé derrière elle 50 millions de cadavres. La grippe espagnole tout autant. Mais des médications ont été élaborées depuis et nous pouvons nous en protéger. «L'espoir fait vivre mais comme sur une corde raide», disait Paul Valéry. Soyons funambules!