Télécharger
l’édition n°890
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Ils refusent la « boulimie immobilière »

Bex Une procédure référendaire est lancée pour lutter contre le développement prévu de la zone du Glarey, qui permettrait l'arrivée de 623 habitants à l'entrée Est de la cité. En cause, selon ses initiateurs, le manque d'infrastructures adaptées pour accueillir cette population supplémentaire, les potentielles nuisances liées à l'augmentation du trafic et un déficit de vision urbanistique globale. Le comité a 30 jours pour récolter les paraphes de 15% des électeurs bellerins, soit 786 signatures.

PPAGlarey: Les référendaires (de g. à d.) la secrétaire Vanessa Udriot et les membres du comité Jean-François Pellaton, Benoît Udriot, Chantal Pellaton, Albin et Anne-Sylvie Masson.

Textes et photo: Valérie Passello

Avec trois plans partiels d'affectation (PPA) ayant déjà été mis à l'enquête publique dans la commune pour un total de 1'000 habitants supplémentaires, ainsi que deux autres en cours d'élaboration, une poignée de citoyens s'interroge: «Pourquoi densifier autant? Est-ce le souhait réel des Bellerins? Quelle est cette envie de grandeur sinon celle de s'enrichir?». Ces questions ont poussé un comité référendaire à se former pour contester le projet de nouveau quartier prévu dans le PPA «Glarey II», validé il y a un an par le Conseil communal (voir encadré).

Les membres du comité «Non à la boulimie immobilière», tous riverains de la parcelle concernée, ont fait opposition lors de la mise à l'enquête. Mais ils ont choisi de ne pas faire recours après la décision du législatif, prenant le risque de ne pas être entendus si leur démarche référendaire échoue. L'un d'entre eux, Albin Masson, explique: «La décision n'a pas été facile, mais nous avons opté pour le référendum afin de défendre les intérêts communs, le bien-être de Bex. L'idée est d'ouvrir le débat et que la population puisse participer.»

Cas local, souci global

Les référendaires doivent récolter 786 paraphes au sein de la population bellerine, soit 15% des électeurs, pour que l'objet passe par les urnes. Mais le quartier du Glarey, relativement excentré, concerne-t-il vraiment tous les citoyens? Secrétaire du comité référendaire, Vanessa Udriot en est convaincue: «Nous avons tous les mêmes problèmes. La déchetterie est régulièrement engorgée, les écoles sont quasiment pleines, la STEP est à la limite de sa capacité et la circulation est déjà difficile au centre lorsqu'il faut croiser le BVB. Imaginez la situation avec 623 habitants de plus.» Selon les informations transmises par la Municipalité avant le vote du PPA au Conseil communal, une augmentation quotidienne de 735 passages de véhicules est estimée, alors que les référendaires, s'appuyant sur les différents documents publics de la commune, évoquent un trafic supplémentaire de 2'500 véhicules par jour.

Le syndic de Bex Pierre Rochat concède: «C'est vrai qu'il y a beaucoup de constructions en cours et que cela amènera davantage d'habitants, mais si le PPA «GlareyII» est rejeté, c'est celui de 1998 qui s'appliquera. Ce serait dommage, car le nouveau projet est beaucoup plus harmonieux que le précédent.» Un argument que balaient les référendaires: «Aucun promoteur n'acceptera de construire selon le programme du premier PPA, ça n'est plus du tout d'actualité», avance Jean-François Pellaton.

Pour «un accroissement démographique maîtrisé»

Unanimement, les membres du comité ont le sentiment que la commune se plie aux desiderata des promoteurs – le terrain constructible est promis-vendu sous conditions au groupe HRS - sans prendre en compte les réels besoins de la population, omettant de surcroît d'anticiper les mesures infrastructurelles à mettre en place, ainsi que leur coût, pour absorber les nouveaux venus. «Nous souhaitons un accroissement démographique progressif et maîtrisé, allant de pair avec un développement planifié des infrastructures publiques essentielles», relèvent-ils dans un dépliant présentant leur argumentaire.

Benoît Udriot ajoute: «Les autorités nous ont expliqué qu'elles traitaient les dossiers les uns après les autres, sans véritable lien. Nous proposons plutôt qu'une réflexion globale sur l'urbanisation soit menée.» Les réponses apportées par la Municipalité dans sa «Planification urbaine à l'horizon 2030» n'ont, par ailleurs, pas convaincu les référendaires. Ils craignent en outre que le futur quartier se transforme en «cité-dortoir» et que les nouveaux habitants ne s'intègrent pas dans la vie sociale et associative bellerine. Dès que la Municipalité aura validé le texte soumis par le comité et l'aura affiché au pilier public, la récolte de signatures sera lancée et durera 30 jours.

Date:01.03.2018
Parution: 890

Immeubles de 3 à 4 étages et zones de verdure

Le plan partiel d'affectation (PPA) «Glarey II» a été accepté par le Conseil communal bellerin le 8 mars 2017, levant dans la foulée les 13 oppositions déposées lors de la mise à l'enquête. Il concerne une surface de 65'423 m2, comprenant le Château Grenier et son parc, protégés et donc préservés, ainsi que des zones de faible et moyenne densité, où des constructions de 3 à 4 étages sont prévues. Des zones de verdure et d'utilité publique complètent le projet, comme le montre cette image de synthèse du futur quartier, sous réserve de modifications (Image: J.-D. Berset Ingénieurs-Conseils SA.) L'une permettant «de conserver les formes et les directions principales du site naturel», la seconde étant destinée, à terme, «à abriter une école ou des locaux pour la petite enfance, ainsi que divers aménagements de plein air». Le PPA est dimensionné pour accueillir 623 habitants, soit 244 de plus que dans le PPA «Glarey», élaboré en 1998 et actuellement en vigueur.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio