Télécharger
l’édition n°958
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Maxime Le Forestier

05.03.2020 Après avoir été en mars 2018, l’invité de Pierre Huwiler et des choristes de « Café-Café », Maxime Le Forestier retrouve la scène de l’Auditorium Stravinski, cette fois sans choriste mais avec son tout nouveau spectacle et ses musiciens dans la foulée de la parution de « Paraître ou ne pas être », son nouvel album. Une dizaine de nouveaux titres poétiques, réalistes ou ironiques – une moisson riche et limpide, avec son élégance coutumière et sa chaleur consolante. Dix chansons qui apparaissent dès maintenant dans une forme très proche de celle qu’elles auront sur scène. Pas d’arrangements orgueilleux, pas de grands gestes orchestraux. Pas trop de paraître. Sur scène, l’artiste reviendra aussi sur les grands moments qui ont forgé sa carrière. Et de « San Francisco » à « Mon frère » en passant par « Ambalaba » ou, entre autres, « Passer ma route », Maxime Le Forestier n’aura que l’embarras du choix pour ravir son public

Catégorie Musique
Lieu
Auditorium Stravinski, 2m2c, av. Claude-Nobs 5, 1820 Montreux
Ville
Montreux
Horaire
20h
Téléphone021 962 21 19
E-mailculture@montreux.ch
Site Internetwww.lasaison.ch
Après avoir été en mars 2018, l’invité de Pierre Huwiler et des choristes de « Café-Café », Maxime Le Forestier retrouve la scène de l’Auditorium Stravinski, cette fois sans choriste mais avec son tout nouveau spectacle et ses musiciens dans la foulée de la parution de « Paraître ou ne pas être », son nouvel album. Une dizaine de nouveaux titres poétiques, réalistes ou ironiques – une moisson riche et limpide, avec son élégance coutumière et sa chaleur consolante. Dix chansons qui apparaissent dès maintenant dans une forme très proche de celle qu’elles auront sur scène. Pas d’arrangements orgueilleux, pas de grands gestes orchestraux. Pas trop de paraître. Sur scène, l’artiste reviendra aussi sur les grands moments qui ont forgé sa carrière. Et de « San Francisco » à « Mon frère » en passant par « Ambalaba » ou, entre autres, « Passer ma route », Maxime Le Forestier n’aura que l’embarras du choix pour ravir son public

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio