Télécharger
l’édition n°954
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Il crée l'œuvre de sa vie

Villeneuve Pour célébrer ses 50 ans de peinture, Diego Smaniotto a réalisé une œuvre de plus de 100 mètres de long, réinterprétant à sa manière les nus de Michel-Ange. Un travail qui mijote dans sa tête depuis une dizaine d'années et qu'il achèvera en public.

Diego Smaniotto dans la halle où ses toiles se déroulent en continu, sur plus de 100 mètres.

Textes et photos: Valérie Passello

«A-t-on des maîtres pour se passer des maîtres?» Dans l'immense halle de Bussigny où ses toiles s'étalent en continu le long des parois, c'est la question que se pose Diego Smaniotto. Il y a près de dix ans, le peintre villeneuvois a entrepris de se lancer dans ce projet fou. Réaliser une œuvre grandiose, d'une centaine de mètres de long, en alignant des panneaux de deux mètres sur trois. La voilà désormais presque achevée. Comme pris dans ses toiles, des visages et des portions de corps émergent d'un autre temps. Les amateurs d'Art reconnaîtront le style d'un artiste-phare de la Renaissance italienne. C'est du Michel-Ange, mais à la sauce Smaniotto, s'il vous plaît.

L'auteur de ce travail de titan, dont le chemin pictural est passé, en 50 ans, par le surréalisme, le trompe-l'œil et le nu, raconte: «Michel-Ange était sculpteur, à la base. Pour peindre le plafond de la chapelle Sixtine, il s'est mis en rupture avec les codes esthétiques et religieux de l'époque. Ses personnages sont issus du maniérisme. Les corps sont magnifiés, tout est exagéré. D'ailleurs, en observant certains de ses dessins, je me suis demandé où il était allé chercher des monstres pareils!» Et justement, si la base de sa création repose sur la vingtaine de nus peints par le maître italien au Vatican, Diego Smaniotto, lui aussi, se met en rupture par rapport à sa source d'inspiration. «C'est une transposition, une réinterprétation», précise-t-il.

Plus fort que tout, «le virus de la peinture»

Voilà environ deux ans que l'artiste se consacre entièrement à son projet. «Il y a eu un moment charnière dans mon parcours. Après m'être fait opérer de la colonne vertébrale, j'étais dans l'incapacité de tenir un crayon. Mais le virus de la peinture était toujours là», lâche-t-il, les yeux pétillants. Il peint maintenant avec ses mains, porté par la musique classique, dans son petit atelier de Villeneuve. Pour comprendre l'essence de l'œuvre de Michel-Ange et pouvoir ensuite s'en libérer, Diego Smaniotto a réalisé pas moins de 600 dessins, ne conservant, au final, que les «lignes de force» des fameux nus.

Imposante, époustouflante, la fresque s'intitule «Passé, Présent et Futur». À travers les gestes d'un artiste d'aujourd'hui, le classicisme devient intemporel. Et l'œuvre évoluera encore, confie son créateur, une semaine seulement avant l'ouverture au public: «Je dois encore ajouter des traits pour créer une continuité, un lien visuel entre chaque panneau. Je vais aussi relever des détails avec de la peinture fluorescente, afin de libérer des éléments que je trouve trop réalistes.» Les visiteurs auront l'opportunité de le voir en pleine création, mettre la touche finale à ce qui constitue probablement l'apogée de sa carrière d'artiste. Et après? «Après, on se repose, on fait beaucoup de vélo et on respire. Il me faudra du temps pour me ressourcer, répond Diego Smaniotto. Peut-être que mes toiles finiront roulées dans des tubes de carton, peut-être qu'elles voyageront à travers le monde. Je suis prêt, tout est ouvert.»

Date:20.06.2019
Parution: 954

Du 20 au 30 juin, de jour ou de nuit

Le travail de Diego Smaniotto est à découvrir dans une halle industrielle de Bussigny, à l'adresse Matthey-Petit, Route de la Sorge 11. L'artiste procédera au finissage en présence du public, ajoutant deux nouveaux pans à son œuvre, qui atteindra alors une longueur de 102 mètres. Ouverture les 22, 23, 29 et 30 juin de 10h30 à 17h30, ainsi qu'en nocturne, les 20, 25 et 28 juin de 20h à 22h. Lors de ces soirées, la fresque sera éclairée par des couleurs fluorescentes, révélées par la lumière noire. Une manière pour le spectateur de la voir «s'animer», par un effet proche de la 3D.

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio