Télécharger
l’édition n°955
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

9 mios pour la salle des spectacles? Trop cher, estiment les élus

épalinges 9,2 mios pour transformer et assainir plusieurs bâtiments à la Croix-Blanche - salle des spectacles, auberge communale, appartements du concierge et de l'aubergiste; la proposition est loin de faire l'unanimité parmi les élus. Par précaution, l'Exécutif retire son préavis.

Le projet prévoit un habillement de plaques d'aluminium poli pour la salle des spectacles.DR

Xavier Crépon

Tout part d'une urgence. Plus aux normes, la chaufferie mazout de sa salle des spectacles devait être rénovée avant le 30 juin. Désirant profiter de l'occasion des travaux pour transformer et assainir plusieurs bâtiments à la Croix-Blanche - salle des spectacles; auberge communale; appartements du concierge et de l'aubergiste, ainsi que le local du feu - la Municipalité sollicitait un crédit de 9,2 mios au Conseil communal du 18 juin.

Une salle au centre des discussions

La Municipalité souhaite refaire à neuf l'enveloppe de la salle des spectacles - plus de 50 ans au compteur - et assainir ses installations techniques (chaufferie, ventilation, acoustique, sanitaires et protection incendie). Pas opposés sur le fond, plusieurs élus estiment en revanche que la facture est beaucoup trop salée .«9 mios, ce n'est pas rien. Cela représente tout de même plus de 20% des recettes fiscales de 2018», interpelle Serge Dudan, auteur hors parti du rapport de commission minoritaire qui remet en cause le coût du projet. «Evidemment que tout cela a un prix, s'exclame le municipal Bernard Krattinger. Comme la déperdition de chaleur se fait par toutes les failles du bâtiment, cela ne ferait pas de sens de changer uniquement la chaufferie.» Au niveau de l'infrastructure, c'est surtout le choix du matériau pour refaire l'enveloppe qui fait jaser. «L'alu que vous voulez mettre coûte deux fois plus cher que du crépi. À ce prix-là, nous n'en voulons pas», assène l'UDC Philippe Koch. «Et pourquoi ne pas choisir un matériau plus écologique pour ces façades?», interpelle la Verte Marisa Dürst. «Certes, l'alu représente un surcoût de 1,5 à 2 mios de frs, mais il est meilleur en termes de durée et d'entretien, rappelle l'édile. Après nous pourrions proposer un autre matériau moins cher, mais vous seriez alors les premiers à dire que nous manquons d'ambition.»

Beaucoup d'argent pour peu de changement

Mis à part l'enveloppe, certains élus se demandent également si l'assainissement des installations techniques est vraiment nécessaire. «Même avec toutes ces modifications, la fonctionnalité sera à peu près similaire à aujourd'hui, estime le PLR Félix Schmidt. Même nombre de places, même surface de scène. On aura certes un peu moins chaud, mais est-ce que cela vaut 10 mios? À l'évidence, non.» L'élu libéral-radical fait le compte: 9 mios, plus 1 mio de crédits d'études cumulés, c'est tout simplement trop cher. «Surtout pour un rapport coût-bénéfice qui n'est pas raisonnable.» Avec une estimation d'économie de seulement 25'000 frs par année sur la facture énergétique, Félix Schmidt pense que ce n'est pas rentable.

La Muni tend l'oreille

«La salle des spectacles, c'est un de nos bâtiments emblématiques. Son but n'est pas la rentabilité mais d'être et de rester l'office de la culture palinzarde, tonne Bernard Krattinger. Après, venir nous dire que vous craignez que nous ne dépensions trop, je rigole. Vous n'avez même pas sourcillé pour le crédit du Collège de Bois-Murat (30 mios).» Le municipal rappelle que refuser le crédit annulerait tout l'important travail de planification réalisé en amont pour maintenir l'exploitation de la salle pendant les travaux. «Beaucoup d'associations l'utilisent et le risque avec ce refus serait qu'elles doivent aller voir ailleurs pour l'organisation de leurs manifestations.» L'assemblée demande alors une pause pour en discuter, avant de revenir à la charge. «Ce préavis a été traité en quatre semaines et demie et le budget en deux heures et quart par les commissaires. Est-ce vraiment raisonnable?, demande la PLR Fabienne Guignard. Personne ne conteste cet assainissement sur le fond, mais il faut prendre le temps de la réflexion avant d'engager une telle somme.» Plusieurs élus proposent alors de ne pas refuser le préavis, mais que la Municipalité le retire pour le retravailler. Face aux nombreuses critiques, l'Exécutif décide finalement de ne pas prendre de risque en acceptant la demande. «Nous aurons un délai supplémentaire au maximum de six mois pour régler ces problèmes de chauffage et de sécurité incendie, annonce le syndic Maurice Mischler. Nous reviendrons donc avec une proposition fin août.»

Date:27.06.2019
Parution: 955

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio