Télécharger
l’édition n°956
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Le nouveau collège arrive à pas de géant

La Tour-de-Peilz Un crédit de 31 millions est demandé pour la construction du nouveau collège Courbet. Les travaux pourraient démarrer cet automne. Les élus viennent d'accorder un million de plus pour les structures provisoires qui accueilleront les élèves durant cette phase, ainsi qu'une nouvelle UAPE.

Elèves, enseignants et personnel du Collège Courbet ont été immortalisés devant le bâtiment par un drône la semaine dernière.G. Richard

Textes: Priska Hess

La rentrée de septembre rimera avec le vote sur l'un des projets phares de la législature, puisque le Conseil communal aura à se prononcer sur la construction du nouveau collège Courbet en lieu et place de l'édifice actuel, au nord-ouest de la place des Anciens-Fossés. La demande de crédit de 31 millions a été déposée le 27 juin devant l'organe délibérant. «Ce montant est basé sur les soumissions rentrées, qui représentent 80% des coûts du projet. Nous sommes donc dans la cible estimée (réd.: 30 mios au plan des investissements)», se félicite le municipal des domaines et bâtiments Olivier Martin. Ce projet ambitionne de répondre aux besoins de la commune liés au développement démographique et à l'état de certains de ses bâtiments scolaires, vétustes ou provisoires. Il doit aussi permettre, comme le souhaite la Direction des écoles, de réunir l'ensemble des classes de 1re à 6e primaire sur deux sites uniquement: Bel-Air pour les hauts de la ville et Courbet pour le bas. Avec 18 salles de classes, le complexe aura une capacité de 430 élèves. Il comprendra une aula de 150 places, une salle de gymnastique triple permettant d'accueillir des événements sportifs, des locaux pour les sociétés locales, un réfectoire, une salle de travaux manuels, six salles de dégagement permettant d'absorber les pics démographiques ou les cours d'appui, ainsi que la bibliothèque et la ludothèque communales, actuellement à l'entresol du collège des Marronniers. Soumis à l'enquête publique ce printemps, le projet n'a suscité que deux oppositions, levées par la Municipalité. Selon le planning prévisionnel, les travaux pourraient démarrer en octobre, avec inauguration du bâtiment en 2022.

Tous en portacabines

Lors de ce même Conseil communal, un crédit d'un million est demandé pour financer les constructions et aménagements provisoires durant la phase des travaux, dont deux bâtiments pavillonnaires à la Place des Terreaux – en face des modules existants qui accueillent déjà deux classes, faute de place dans les collèges actuels. L'un comprendra douze salles de classes, une salle des maîtres et des locaux annexes, l'autre une UAPE (unité d'accueil pour écoliers) «pour répondre à une demande urgente de création de places d'accueil au centre ville», précise la Municipalité. Valentine Python (Les Verts), elle, s'enquiert de la prise en compte des aspects liés à la santé à l'intérieur de ces portacabines, en termes de chaleur et d'impact des matériaux sur la qualité de l'air (voir encadré). «Tout est conforme aux normes et ils ont déjà été utilisés trois ans à Martigny-Croix lors du chantier d'une école. Les élèves de là-bas ne sont pas moins dommages que ceux d'ici!», balaie avec assurance Olivier Martin. Après cette brève discussion, le million est octroyé à l'unanimité moins une abstention.

Date:04.07.2019
Parution: 956

«Pas d'émanations nocives» dans les portacabines

«Ces pavillons provisoires sont parfaitement conformes à la loi vaudoise sur l'énergie, tant pour l'isolation que pour le chauffage, avec un système de pompe à chaleur. Reste que la caractéristique de ces constructions légères est leur faible inertie thermique. Il aurait été impensable de les mettre sans climatisation», explique Yves Roulet, chef de service des domaines et bâtiments. «Concernant les matériaux, ces modules étant quasi neufs, ils sont conformes aux règlements récents et ne vont donc pas générer d'émanations nocives. Tout est standard, avec par exemple des sols en linoleum – matière très peu polluante lors de son recyclage. Et tout le mobilier sera celui du collège Courbet actuel». Au terme des travaux, les pavillons pourront être revendus et réutilisés.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio