Télécharger
l’édition n°956
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Trouvera-t-on des «pépites» énergétiques?

Bex Un élu demande que le potentiel des énergies renouvelables du territoire soit évalué. Bien que peu convaincue, la Municipalité devra rendre un rapport sur la question.

«De toute façon, le Canton nous demandera une étude de planification énergétique territoriale, dans le cadre de la révision de notre plan directeur communal» Michael Dupertuis, conseiller communal du groupe OuvertureDr

Valérie Passello

«À Bex, c'est surtout l'énergie hydraulique qui est exploitée. Un essai a été fait pour valoriser le bois de nos forêts dans le chauffage à distance, mais des coûts trop importants nous ont contraints à nous en séparer. N'y aurait-il pas d'autres pépites énergétiques à trouver dans notre commune?», questionne le conseiller communal du groupe Avançons Marc Thévenaz.

Dans un postulat développé le 26 juillet, l'élu et son groupe demandent à la Municipalité d'effectuer un recensement géographique des différentes énergies renouvelables potentiellement exploitables sur la commune, du vent à la géothermie, en passant par davantage d'encouragement à la pose de panneaux solaires. «Cette démarche pourrait nous permettre de couvrir nos besoins en énergie pour l'avenir, tout en récoltant quelques deniers toujours bienvenus», conclut Marc Thévenaz.

« Peine perdue »

Recommandant de rejeter le postulat, le syndic Pierre Rochat argumente: «Il y a 25 ans, Romande Energie a analysé les vents de la colline de Chiètres et a finalement préféré le Jura pour y implanter des éoliennes. Lavey a déjà un important projet de géothermie, on ne pourra pas sortir quelque chose de plus performant. Quant à l'eau, le seul projet de barrage ayant abouti est le palier Massongex-Bex sur le Rhône, qui va être construit dans les cinq prochaines années. Toutes les chutes d'eau, comme la Pissechèvre, ont aussi été analysées. À mon avis, c'est peine perdue», tranche-t-il. Le syndic concède néanmoins qu'un effort peut être fait pour encourager les installations solaires.

Pas d'accord, le conseiller du groupe Ouverture Michael Dupertuis estime: «Ce postulat va dans le bon sens. Il met en exergue deux éléments importants pour une politique énergétique communale. Connaître son potentiel, mais également ses consommations.» L'élu annonce par ailleurs qu'il soumettra prochainement une proposition pour la création d'un fonds destiné à l'énergie.

Subventionnement possible

Une large majorité du Législatif décide finalement de renvoyer le postulat à la Municipalité, qui est ainsi tenue de rapporter sur la question. Michael Dupertuis poursuit: «De toute façon, le Canton nous demandera une étude de planification énergétique territoriale, dans le cadre de la révision de notre plan directeur communal. Si on le fait volontairement dès maintenant, il est possible de décrocher une subvention, c'est une opportunité à saisir.»

Contacté, le Département du territoire et de l'environnement (DTE) du Canton de Vaud confirme, en précisant: «Les communes appartenant à une agglomération, à un centre cantonal ou régional, ont effectivement l'obligation d'entreprendre une telle étude.» Bex faisant partie de Chablais Agglo, la commune est donc bel et bien concernée. «Pour les plans directeurs communaux ou une étude menée sur base volontaire sur le territoire communal, les frais de l'étude peuvent être subventionnés à la hauteur de 50%, avec un plafond de CHF 25'000 frs», ajoute le DTE.

Date:04.07.2019
Parution: 956

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio