Télécharger
l’édition n°957
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Climat tendu à Blonay

environnement Un élu PLR accuse les Verts d'une attitude dogmatique et peu conciliante, tout au long de la législature. En cause, les divers débats sur le climat qui ont pu avoir lieu en séance, et notamment celui sur le téléski des Pléiades.

C'est un courrier de lecteur en marge du vote sur le sauvetage du téléski des Pléiades qui a mis le feu aux poudres. DR

Gabriel Rego Capela

«Ca suffit !», tonne Marc Schreiber. Au Conseil communal du 25 juin, l'élu PLR veut en découdre, en cette fin de saison politique blonaysanne. Sa cible? Les Verts, avant tout. Il leur reproche un style trop porté sur la confrontation, et une approche trop catastrophiste des problématiques écologiques. «À Blonay, ce sont nos Neinsager !», s'exclame-t-il.

L'affaire du téléski

L'affaire du téléski des Pléiades (lire Le Régional 944) a joué son rôle dans ce désamour. Marc Schreiber s'en est pris aux Verts Jean-Marc Nicolet et Roland Rapin, respectivement élus de Blonay et St-Légier, pour leur courrier de lecteurs, publié dans nos colonnes sous le titre «Blonay - Saint-Légier «à boclon» !». «La goutte qui a fait déborder le vase», s'emporte le libéral-radical. M. Nicolet et M. Rapin y affirment que leurs deux Conseils et Municipalités ignorent l'urgence climatique et votent des crédits à des constructions qui aggravent le problème, dont le téléski en question.

Le syndic Dominique Martin y est notamment critiqué pour avoir dit, citant une étude scientifique, que les transformations climatiques risquent de provoquer des hivers plus froids, et non pas seulement des températures plus élevées, ce qui rendrait le domaine des Pléiades viable. Un propos jugé fallacieux par les deux Verts. Pourtant, «le réchauffement climatique est plus précisément un dérèglement climatique. Les extrêmes sont plus prononcés», argumente Marc Schreiber, défendant ainsi les propos du syndic.

Vaine controverse

«Arrêtez de faire peur à la population et commencez à travailler dans la discussion et le consensus», résume-t-il. Mais le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'a pas non plus fait de consensus. «L'intervention de M. Schreiber est consternante», selon l'indépendant Charles Blanchod. «Ici, chacun s'exprime comme il l'entend et c'est le peuple qui tranche». Les élus Verts ont tout simplement quitté la salle, à l'exception de trois d'entre eux, dont Jean-Marc Nicolet. Interrogé par Le Régional, ce dernier commente: «Je n'ai pas réagi à l'intervention de M. Schreiber car je n'ai pas voulu ajouter à la polémique, préférant garder une attitude digne et respectueuse, qui devrait être celle de la classe politique dans son entier». L'élu des Verts, qui siège aussi au Grand Conseil, avoue ne pas comprendre cette «charge aussi violente qu'inattendue», selon ses mots, et ne compte pas participer à ce qu'il juge être une vaine controverse.

Les polémiques environnementales ne sont pourtant pas près de s'assécher, à Blonay. En fin de séance, une interpellation, posée par Matthieu Sesseli au nom du groupe PS, interroge la Municipalité sur les mesures écologiques qu'elle compte prendre, à la suite des grèves pour le climat qui ont essaimé en Suisse comme en Europe. Soutenue par le PS, quelques indépendants, et... Verts et Ouverts, l'interpellation demande si la Municipalité est prête à déclarer l'urgence climatique, comme l'a récemment fait le Canton. De quoi animer la prochaine rentrée politique.

Date:11.07.2019
Parution: 957

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio