Télécharger
l’édition n°959
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Les fuites coûtent cher à Bourg-en-Lavaux

Eau 90'000 m3 d'or bleu sont perdus chaque année, pour un coût de 190'000 frs. Pour y remédier, la Commune investit 360'000 frs dans un système intelligent d'hydrophones pour détecter les fuites. Explications.

«Nous pourrons découvrir des fuites d'ordinaire peu perceptibles», se félicite Jean Christophe Schwaab, municipal.DR

Textes: Xavier Crépon

Les fuites détectées souvent tardivement à Bourg-en-Lavaux coûtent cher: environ 190'000 frs par année pour compenser les pertes d'eau et réparer les dégâts. Pour y remédier, le Conseil communal a voté, le 24 juin dernier, un crédit de 336'000 frs pour la mise en place d'un système innovant d'hydrophones.

Agir plutôt que réagir

«Cela permettra une détection proactive des fuites sur les réseaux publics et privés, assure Jean Christophe Schwaab, municipal des infrastructures. Actuellement, nous n'avons aucune installation en place et nous réagissons à chaque fois après coup en envoyant notre fontainier.» Le temps que les fuites soient détectées, localisées et enfin colmatées, les dégâts deviennent parfois conséquents. En 2016, une détection trop tardive à Grandvaux emportait le chemin de Lallex engendrant plus de 100'000 frs de frais de réparation. Une autre repérée récemment dans les hauts de cette même localité, au chemin du Prahis, a détruit plusieurs murs ainsi qu'une conduite. «Ce sont des frais qui pourront être évitables à l'avenir, espère l'édile. Peut-être pas dans les premières années suivant l'installation car il faudra détecter les débuts de fuites actuelles, mais à terme, Bourg-en-Lavaux devrait réaliser de véritables économies.»

Hydrophones intelligents

Comment fonctionnent ces hydrophones et en quoi se différencient-ils des micros traditionnels proposés sur le marché? «Ils détectent toute altération de fréquence et d'amplitude de l'eau comme un sonar de sous-marin», explique Jean Christophe Schwaab. Bien plus performant que les microphones, ce système indique avec précision l'endroit des fuites. Une fois le problème décelé, les hydrophones émettent automatiquement une alarme via leur antenne et peuvent transmettre l'information par email ou par SMS. «Grâce à cette surveillance intelligente, nous pourrons découvrir des fuites d'ordinaire peu perceptibles et surtout beaucoup plus tôt qu'à l'accoutumée», se félicite le municipal. Autres avantages: ils s'adaptent à tout type de conduite, à l'inverse des micros qui peinent à mesurer les variations de bruit dans celles en plastique. Leur installation ne demande également pas de travaux de génie civil, ni d'éteindre les fontaines pour effectuer les mesures initiales. Après s'être renseignée auprès de communes qui profitent déjà de ce système (voir encadré), Bourg-en-Lavaux a décidé d'équiper environ un tiers de ses bornes hydrantes (91 sur 300) d'ici à début 2020 pour que le nouveau système soit fonctionnel et couvre tout son réseau d'eau.

Date:08.08.2019
Parution: 959

Système efficace à Paudex

Contacté par Le Régional, le syndic de Paudex Farhad Kehtari donne son avis sur ce système installé en 2012 au sein de sa commune: «Nous sommes passés de plus de 25% à moins de 20% de perte l'année après l'installation, souligne-t-il. En 2018, nous étions aux alentours des 10%. Nous sommes amplement satisfaits.» L'édile rappelle toutefois que le calibrage de ces hydrophones doit être précis car il est différent pour chaque commune en fonction de leur configuration. Il faut donc bien le prendre en compte avant d'investir. «Ça devient vite plus compliqué pour les villes. Contrairement aux petites communes où les habitants dorment en règle générale la nuit, les écoulements d'eau via les toilettes publiques ou les sanitaires des boîtes de nuit et des restaurants se font quasiment de manière ininterrompue. Il devient donc difficile pour ce genre de système d'écoute de faire la différence entre écoulement normal et réelle fuite.»

«En Suisse, l'ensemble des pertes d'eau sur le réseau avoisinent les 127 mia de m3 par année», avance Jean Christophe Schwaab. Les raisons peuvent être multiples selon le municipal: certaines communes ont un sol plus mouvant que d'autres, des canalisations usées cassent, des travaux de construction initialement mal exécutés provoquent la fuite, tout comme les secousses engendrées par les travaux avoisinants. En Suisse romande, trente communes ont adopté ce système d'hydrophones pour limiter ces risques, dont six vaudoises: Cossonay, Cudrefin, Lausanne, Lutry, Moudon et Paudex.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio