Télécharger
l’édition n°959
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

En quête du sacre mondial!

AVIRON À quelques semaines des Championnats du Monde d'aviron, qui auront lieu du 26 août au 1er septembre, le Lausannois Barnabé Delarze peaufine sa préparation. Avec une superbe médaille d'argent l'année dernière lors de ces championnats et une récente victoire au classement général de la Coupe du Monde, l'étudiant de 25 ans peut nourrir de réelles ambitions. Rencontre.

«Mon plus grand point fort est certainement le mental», souligne Barnabé Delarze (à g.), qui vient, avec son coéquipier, de remporter la coupe du monde. B. Machbach

Entretien: Jonathan Corbillon

En 2013 et en 2014, le jeune Delarze remportait le titre de champion du monde U23. Quelques années plus tard, il se bat aujourd'hui pour décrocher le titre en catégorie élite et rêve de monter sur la plus haute marche du podium à Tokyo, lors des prochains Jeux Olympiques en 2020. Au vu des résultats de cette saison, il espère parvenir à se proclamer champion du monde prochainement.

Pour atteindre de tels résultats, comment s'entraîne un champion ?

Je ne me qualifierais pas du tout de grand champion pour l'instant, mais je m'y attelle du mieux et m'entraine 33 heures par semaine. L'entrainement se compose de beaucoup de kilomètres sur l'eau, un bon nombre d'heures en salle de musculation et sur l'ergomètre (machine à ramer), ainsi que quelques séances d'entrainement alternatif (course à pied, natation, ski de fond, vélo...). Le but est d'accumuler du volume tout en sollicitant le corps différemment que dans le mouvement d'aviron. Une journée type commence par une longue séance sur l'eau d'environ 2h, la deuxième séance en mi-journée est le plus souvent également sur l'eau, mais en principe un peu moins longue et moins intensive (de l'ordre de 1h-1h45) et la troisième et dernière séance se passe le plus souvent en musculation ou sport alternatif et dure de 1h à 2h).

Le travail semble payer, mais sur quelle qualité vous appuyez-vous le plus ?

Mon plus grand point fort est certainement le mental. En effet, j'arrive à me pousser loin dans mes retranchements à l'entraînement et encore plus en compétition et c'est ce qui me permet de progresser et de performer. Un autre point fort principal est mon physique, que j'ai travaillé dès mon adolescence. La technique reste mon «point faible» et c'est ce sur quoi je me concentre actuellement, dans l'idée de transformer ce point faible en point fort.

Et en parallèle à tout ceci, des études universitaires...

C'est vrai, mais actuellement, les études passent clairement au second plan et tout s'organise autour de ma carrière sportive. Heureusement, j'arrive à me présenter aux examens et les passer sans trop suivre les cours - j'étudie à Lausanne mais je passe 5 jours par semaine dans le centre national d'entraînement à Sarnen, dans le canton d'Obwald - grâce, entre autres, à mes camarades qui me mettent leurs notes de cours et autres astuces à disposition. Le reste consiste à trouver quel cours je peux placer à quel moment en fonction de mon planning sportif. J'évalue la situation semestre après semestre et je fais environ l'équivalent d'une année tous les deux ans.

Votre palmarès est déjà impressionnant et tout semble écrit...

Je suis encore assez loin d'avoir tout remporté. En réalité, j'ai commencé à remporter des médailles dans la catégorie élite l'été passé avec l'argent aux Championnats du Monde et il est vrai que depuis, mon coéquipier et moi-même, avons remporté au moins une médaille d'argent à chaque compétition. Cependant, il me manque le plus important: un titre européen, mondial et surtout olympique! C'est pourquoi on s'entraîne dur chaque jour et nous avons beaucoup de confiance dans notre capacité à atteindre ces rêves et objectifs.

Et que fera Barnabé Delarze ces prochains mois ?

Pour l'instant, toute mon énergie est concentrée sur les Championnats du Monde dans un peu moins d'un mois, ainsi que sur les Jeux Olympiques de Tokyo, l'année prochaine, où nous comptons bien remporter des médailles. Ensuite, je vais devoir finir mon Bachelor (rires) et puis j'évaluerai la situation et prévoirai d'autres projets.

Plus d'informations sur le site personnel de l'athlète www.delarze-rowing.ch

Date:08.08.2019
Parution: 959

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio