Télécharger
l’édition n°960
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Chantier sous surveillance

Bourg-en-Lavaux 240'650 francs, c'est le crédit alloué pour la démolition et le désamiantage du bâtiment Contesse et de la Caserne des pompiers sur le plateau de la Gare à Cully. Jugé élevé, ce coût interpelle les élus. Explications.

Les travaux de désamiantage et de démolition du bâtiment Contesse et de la Caserne des pompiers devraient démarrer dans le courant de l'automne.

Textes et photo : Magaly Mavilia

La réalisation des PPA Cully-Gare et Ruvines Dessus à Cully prévoit la démolition de l'ensemble bâti constitué du bâtiment Contesse et du dépôt des pompiers. Selon les convention et promesse de 2011 et 2013 concernant la réalisation des PPA Cully-Gare et Ruvines Dessus, la démolition de cette partie du périmètre incombe à la Commune.

Besoin de place

Le désamiantage et la démolition se feront dans le courant de cet automne. «La date précise du chantier tiendra compte tant des périodes de vacances scolaires que des conditions d'exploitation du restaurant de la Gare», assure la Municipalité. La démolition du bâtiment Contesse et de la caserne doit se faire rapidement afin de libérer de l'espace dans cet environnement relativement petit pour autant de chantiers simultanés. Ainsi, trois chantiers pourraient démarrer début 2020. Le chantier ferroviaire, celui du bâtiment CFF et celui du bâtiment et parking souterrain de la Commune.

Tout doit être recyclé

Il est désormais obligatoire d'effectuer une expertise amiante avant toute démolition d'immeuble et seule une entreprise agréée par la Suva peut le faire (voir encadré). Le montant de cette partie des travaux se découpe comme suit: expertise amiante, 12'850 frs, travaux de désamiantage 27'600 frs. La démolition quant à elle revient à 200'200 frs. Quelques coups de marteau ne suffisent pas pour démolir un bâtiment et c'est pourquoi le montant de ces travaux est en conséquence. Evelyne Marendaz Guignet, municipale en charge du dossier explique: «Après le désamiantage, les matériaux restants tels que mobilier, éléments de cuisine, vitres, câblage électrique et tuyauterie doivent être triés en fonction de leur futur recyclage. Les travaux se poursuivent par l'enlèvement de la toiture, tuile par tuile, puis de la charpente en bois. Après la démolition, les machines séparent les matériaux au sol, ferraille, béton, pierre. Car tout doit être recyclé dans des centres agréés par le Canton».

Date:15.08.2019
Parution: 960

L'amiante, une affaire de spécialiste

L'amiante n'a été interdite dans les matériaux de construction qu'à partir de 1989. Ce qui signifie que quasiment la totalité des bâtiments construits avant cette date en contiennent. Lorsqu'il s'agit uniquement de retirer l'amiante des matériaux sans les casser, comme pour des plaques en toiture, cela peut être réalisé par un ferblantier ou un couvreur moyennant le respect des règles en vigueur. En revanche, lorsque l'on effectue une opération mécanique, comme le retrait du carrelage, seule une entreprise reconnue par la Suva peut intervenir.

L'expertise comprend une inspection visuelle puis le prélèvement d'échantillons et leur analyse suivie d'un concept d'assainissement et d'élimination des déchets. «Car ils ne doivent en aucun cas être mélangés avec d'autres déchets», précise la Suva.

Il faut obstruer les arrivées d'air, mettre en place un sas de décontamination, un extracteur d'air qui aspire les fibres d'amiante libérées par les travaux et contrôler la dépression qui permet d'éviter la libération de fibres sur l'extérieur de la zone de travail. Le travail s'effectue avec une combinaison ainsi qu'un masque pourvu d'une arrivée d'air contrôlée.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio