Télécharger
l’édition n°962
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Montreux Ville du goût:
Bon comme le pain

partenariat / Montreux Du 12 au 22 septembre, la Semaine du Goût mettra le pain à l'honneur. Aliment de base de notre société, il peut prendre des formes diverses et décline ses saveurs à l'infini. De l'exposition «Le pain au carrefour du temps, d'ici et d'ailleurs» (notre photo de page 1) à la Fête du pain de Tavel, en passant par l'intronisation des Chevaliers du Bon Pain et un parcours didactique, le programme de «Montreux, ville du goût» croustillera de découvertes, dont il ne faudra surtout pas perdre une miette.

Maison du blé et du pain

Textes: Valérie Passello

«Long comme un jour sans pain», «Ne pas manger de ce pain-là», «Partir comme des petits pains», «Ôter le pain de la bouche de quelqu'un»... Il existe beaucoup d'expressions contenant le mot pain. Et pour cause. Noir, aux graines, bis, complet, mou, quelle que soit sa forme, il est un élément de base de l'alimentation quotidienne de très nombreuses sociétés.

En Suisse, selon un document de l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires publié en 2017, la population âgée de 18 à 75 ans consomme en moyenne 298 grammes de féculents par jour. Le pain est le plus consommé, avec 115 grammes quotidiens, suivi des pâtes et des pommes de terre. Ses origines remonteraient à la Préhistoire, d'après des recherches archéologiques récentes sur un site de Jordanie, où une galette de céréales datant d'il y a 14'000 ans a été découverte.

D'ailleurs, Josef Zisyadis, directeur de la Fondation pour la promotion du goût, y est sensible: «Retrouver le geste simple millénaire du pétrissage à la maison avec ses enfants est un bonheur qui devrait s'enseigner à l'école dès le plus jeune âge», estime-t-il. Cette année, la star montreusienne de la Semaine du Goût sera donc dorée à l'extérieur et tendre à l'intérieur.

Secrétaire général de la société des artisans boulangers-pâtissiers-confiseurs vaudois (ABPCV), Yves Girard s'en réjouit: «Nous avons déjà collaboré avec la Semaine du Goût, mais cela faisait un moment que j'encourageais notre comité à y participer à nouveau. J'en suis le premier ravi, évidemment», affirme-t-il.

Des Chevaliers garants de la qualité

Le 21 septembre sous le Marché couvert de Montreux, se tiendra l'intronisation des Chevaliers du Bon Pain. Un événement ouvert à tous, organisé tous les deux ans dans le canton de Vaud et qui a déjà eu lieu à Montreux par le passé. Organisme de promotion du pain pour les artisans boulangers-pâtissiers-confiseurs de la Suisse romande, l'Ordre des Chevaliers du Bon Pain veille au maintien d'une excellente qualité de la marchandise proposée par les artisans. Les Confréries cantonales effectuent annuellement des évaluations et fixent un nombre de points minimal à atteindre sur plusieurs années consécutives pour permettre à un artisan d'obtenir le titre de Chevalier. Cette année, dix candidats recevront leur sautoir de Chevalier. Le titre de «Pain d'or» sera également attribué à Christophe Ackermann de Grandson, pour son excellente moyenne de 97,5 points sur 100.

«À titre exceptionnel, ajoute Yves Girard, il arrive que des personnalités, qui ne sont pas des artisans actifs, reçoivent le titre de Compagnons d'honneur. Ce sera le cas de Laurent Wehrli (réd : syndic de Montreux), de Josef Zizyadis et du député Nicolas Rochat Fernandez, qui a déposé un postulat au Grand Conseil pour la promotion des produits de boulangerie de qualité.»

La journée débutera à 10h avec un cortège, qui partira du débarcadère pour rejoindre le lieu de la cérémonie. Il sera mené par les fifres et tambours de Montreux et des confréries amies ont été invitées à participer au défilé. À l'issue de la cérémonie, le public pourra déguster les produits des nouveaux intronisés, présentés sur des étals dressés pour la circonstance.

Sortir les boulangers du pétrin

Si la consommation de pain reste stable ces dernières années, la qualité de ce dernier n'est pas toujours au rendez-vous. «Que ce soit dans les grandes surfaces, les stations-service ou ailleurs, on trouve des produits de boulangerie un peu partout aujourd'hui. Il n'y a plus aucune protection, ce qui a mis la profession en difficulté. En 20 ans, nous avons perdu la moitié de nos entreprises», alerte Yves Girard.

C'est pour cette raison que les artisans boulangers-pâtissiers-confiseurs vaudois mettent l'accent sur la promotion et la communication. En s'associant par exemple à de nombreux événements comme les Caves ouvertes, les Pintes ouvertes ou autres manifestations mettant en avant les produits du terroir. Ils ont également lancé en 2014 le label «véritable artisan», qui valorise la tradition et le savoir-faire des boulangers, pâtissiers, confiseurs et traiteurs réalisant au minimum 80% de leur production eux-mêmes.

Un burger, plusieurs métiers

Afin de mieux faire connaître les professions qu'elle représente, la Fondation vaudoise pour la formation des métiers de bouche organise le 12 septembre une soirée ouverte au public, toujours sous le Marché couvert de Montreux. Également président du conseil de cette fondation, Yves Girard annonce: «Cette soirée est mise sur pied en collaboration avec l'Ecole professionnelle de Montreux (EPM). Tous les métiers de bouche y seront représentés, avec le pain comme thème principal. Le travail du produit sera mis en avant, notamment par l'organisation de la demi-finale de nos championnats d'apprentis.»

Le public sera aussi invité à participer à un parcours didactique, coordonné par l'EPM. En sa qualité de centre de compétences des métiers de l'alimentation et de la restauration, cette école a pour mission de former les futurs professionnels dans les filières de la boucherie, de la cuisine, de la boulangerie-pâtisserie-confiserie, de la meunerie et du service.

Son directeur Jacques-Frédéric Siegler décrit le parcours: «Chaque corps de métier aura son stand, où le public pourra voir les apprentis et professionnels à l'œuvre. Le mets final à déguster, offert à la population, sera un petit burger maison. Le stand de la meunerie expliquera la préparation de la farine, les boulangers confectionneront les petits pains, les bouchers prépareront le burger, qui sera cuit sur le stand des cuisiniers et le produit fini sera constitué par l'équipe du service.» Les paysans seront aussi représentés. Leur mission sera de préparer un confit d'oignons et un ketchup maison.

Infos et programme complet: www.goût.ch

Date:29.08.2019
Parution: 962

À la sueur de ton front...

Jusqu'au 28 septembre, la Bibliothèque municipale de Montreux et Veytaux accueille l'exposition «Le pain au carrefour du temps, d'ici et d'ailleurs». Cette dernière met en exergue et retrace l'histoire du pain, par le biais d'une vingtaine de photographies mises à disposition par la Maison du Blé et du Pain d'Echallens. Responsable de la bibliothèque, Laure Meystre énumère: «Beaucoup d'images évoquent le passé, les semailles à l'ancienne, le transport du grain dans les années 1920 et 1940 ou à dos d'âne, le pétrissage de la pâte, le travail à la force du bras. Nous avons aussi des photos de la fabrication d'hosties, d'un four au Pakistan et de la confection de galettes en Afrique. Ces images témoignent de l'importance du pain comme élément central de l'alimentation, comme quelque chose de vital. On constate que ça ne s'obtenait pas sans mal, qu'il fallait de la force et de la persévérance pour en arriver au produit fini», observe-t-elle. Le 19 septembre à 19h15, la bibliothèque proposera une soirée de contes autour du vin, baptisée «In vino veritas: contes capiteux», par Claire-Anne Magnollay, où le pain sera aussi à l'honneur, lors de la partie récréative qui suivra.

Pas si banal, le four !

Le 14 septembre dès 11h, Tavel organise sa Fête du pain. Mis sur pied par l'Association des intérêts du village de Tavel (AIVT), l'événement invite tout un chacun à assister à la cuisson de quelque 200 pains de 450 grammes chacun, qui sont vendus sur place. La pâte est fournie par le boulanger du village. Après avoir été abandonné durant l'entre-deux guerres, le four banal de Tavel (photo Dr) a été remis en service en 1977. Président de l'AIVT, Edouard Fontannaz raconte: «Depuis qu'il a été réparé, nous le faisons fonctionner une fois par an. Nous avons choisi le samedi précédant le Jeûne fédéral, car après les trois fournées de pain, les gens sont invités à amener leurs gâteaux –traditionnellement aux pruneaux- pour les faire cuire dans le four.» Verre de l'amitié, animation musicale avec l'orchestre «Bal'o'Swing» et restauration sont aussi au programme sur la place de Tavel, dans un esprit convivial. L'événement attire généralement une centaine de personnes, mais peut en absorber davantage. En 2020, la Fête du pain sera couplée à la Fête au village.