Télécharger
l’édition n°962
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

« Les gens en ont marre du bétonnage »

Collombey-Muraz La récolte de signatures pour un référendum sur le plan de quartier de Collombey Centre a abouti. L'objet sera donc soumis à la votation populaire le 1er décembre. Première prise de température sur le terrain.

Le 14 août, le comité référendaire déposait 944 paraphes à la Maison de Commune, dont 895 valables, après vérification.PS Collombey-Muraz

Textes: Valérie Passello

«Nous n'avons pas eu beaucoup de difficulté à récolter des signatures. Les gens en ont marre du bétonnage. Nous ne sommes pas contre un projet de réaménagement du centre, mais pas celui-ci. Il est clair que la population aurait souhaité avoir son mot à dire», raconte Véronique Chervaz, conseillère générale socialiste à l'origine du référendum sur le plan de quartier de Collombey Centre (voir encadré). Sur les 944 paraphes récoltés par le comité référendaire, formé de membres du PS, du PLR et de citoyens, 895 ont été considérés comme valables par la Commune. C'est largement plus que les 545 nécessaires, soit 10% du corps électoral de Collombey-Muraz.

Il suffit de se rendre sur place pour vérifier l'opinion des passants sur la question. Croisé près de la Maison de Commune, Stéphane Klopfenstein estime: «Aujourd'hui, le centre n'est pas intéressant, ni pour les touristes, ni pour nous. C'est bien d'avoir un projet. Mais là, on a l'impression que ce sont les promoteurs qui décideront. Un sondage de la population aurait été le bienvenu.»

«Assez d'immeubles!»

Près de la poste, Gilles Beneyton se dit indécis: «En tant qu'agent immobilier, je suis pour favoriser la construction. Mais est-ce vraiment le bon moment? Et qui viendra vivre dans ces cinq nouveaux bâtiments? Si le projet ne passe pas, il faudrait peut-être le retravailler, en collaboration avec les acteurs économiques du coin et les habitants. La Commune étant bien gérée, j'ai confiance en nos élus pour qu'ils trouvent les meilleures solutions.»

Ces dernières années, de nombreuses constructions ont vu le jour à Collombey-Muraz. Sur les cinq villages que compte le territoire communal, Collombey dépasse les 5'000 habitants, soit plus de la moitié de la population totale de la Commune. Face à l'expansion immobilière, la coupe semble être pleine: «Il y a trop de monde, ça suffit!», jette Cristina Fereira. «On dirait que dès qu'il y a un coin de verdure, les Autorités veulent le bétonner», déplore Cédric Jacquerioz, cuisinier du Café Central. Ce Montheysan fait pousser des légumes sur une parcelle concernée par le plan de quartier. Le lopin de terre qui alimente sa cuisine est donc menacé. Il craint en outre pour l'avenir du quartier: «Les travaux vont tuer le restaurant. Mais aussi les rares commerces qui restent. Ils ont fait la même chose à Monthey, d'ailleurs», tonne-t-il.

Débat ouvert

Autre point soulevé par le comité référendaire, un certain «flou» quant à l'affectation des futurs bâtiments. Souhaitant rester anonyme, cette passante regrette que le projet ne comporte pas un volet social: «Ce qui manque, ce sont des lieux où les jeunes pourraient se retrouver, ou alors un réfectoire où les personnes âgées partageraient leurs repas. Des appartements à loyers modérés pour des gens en difficulté auraient pu être une bonne idée aussi. Mais construire pour construire, je suis contre!»

La date retenue pour la votation est le 1er décembre. Les Autorités ne se disent pas gênées par le fait que le débat soit porté sur la place publique, mais elles prennent le problème au sérieux et entendent dialoguer le plus possible avec les citoyens. Par exemple, une séance d'information est prévue le 6 novembre, afin de répondre à toutes les questions que la population pourrait encore se poser.

Date:29.08.2019
Parution: 962

Pour un centre harmonieux

Tel que présenté par les Autorités, le plan de quartier Collombey Centre vise à «améliorer la qualité de l'espace public, à créer une place du village et à favoriser la mixité en densifiant de manière mesurée.» Le projet retenu en 2012, à l'issue d'un concours d'architecture, prévoit la construction de cinq bâtiments pour structurer l'espace. Un sixième édifice, sur le site de l'ancien cimetière, a d'ores et déjà été abandonné. À plusieurs reprises, la Municipalité a appuyé le fait qu'un projet complet «permettra d'éviter la construction d'immeubles par des privés de manière anarchique», comme l'autoriserait le règlement en vigueur. Commerces, établissement public, bureaux et habitations devraient naître au cœur du village, fruits d'un partenariat public-privé. Un parking souterrain de près de 200 places est aussi prévu. En juin, le Législatif a validé l'objet (voir Le Régional 955).

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio