Télécharger
l’édition n°962
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Construire pour se protéger de la chaleur!

Habitat De 5° à 10° de différence entre villes et campagne. Voilà un écart de température qui fait réfléchir et dont on commence à prendre le pouls. La chaleur en ville n'est pas qu'une affaire d'urbanistes, elle concerne aussi les architectes, les maîtres d'ouvrage et les propriétaires qui peuvent intervenir à différents stades sur le bâti. Tour d'horizon de quelques possibilités d'action sur un bâtiment déjà construit et en construction.

Pour se protéger de la chaleur, poser des stores ou des rideaux et l'une des premières mesure que l'on peut prendre sans grand frais ni travaux.DR

Magaly Mavilia

Les prévisions des météorologues vont vers le beau. Il fera de plus en plus chaud et de plus en plus longtemps. Malgré «l'urgence climatique», les mesures drastiques et les encouragements à la transition vers les énergies fossiles hésitent toujours entre profit, lobby et bon sens. Les dix, voire vingt prochaines années risquent donc d'être torride. En attendant que le politique se réveille de sa torpeur, mieux vaut construire, rénover ou réaménager l'habitat en conséquence.

On le sait, le béton et le minéral sont de puissants radiateurs. Mais ils ne sont pas seuls responsables de cet étouffement ressenti dans l'habitat. A l'intérieur, d'autres matériaux et une isolation trop étanche empêchent la maison de respirer et sont de véritables accumulateurs de chaleur.

Pas de vitrage sans ombrage

La mode est aux grandes baies vitrées. Et c'est une bonne chose. Cela apporte de la lumière et réduit la consommation de chauffage en hiver. Mais en été, c'est la fournaise. Poser des stores ou des rideaux est l'une des premières mesures que l'on peut prendre sans grand frais ni travaux. Les stores à lamelles sont aussi très tendance et on les apprécie parce qu'ils offrent à la fois protection et ouverture.Les fabricants l'ont bien compris et les tissus «anti-chaleur» fleurissent sur les étalages. Les systèmes automatisés avec borne météo aussi. Une petite différence de prix qui en vaut la peine pour se prémunir des ravages causés par des orages et des pluies de grêle qui se font eux aussi de plus en plus violents. Mesures similaires mais constructives, l'auvent constitue une bonne protection à la fois contre le rayonnement solaire et la grêle.

Ventiler

S'il n'est pas possible d'intervenir sur l'isolation, on peut toujours installer un système de ventilation contrôlée si possible alimenté par une source d'énergie renouvelable. Créée par des professionnels de la branche en 2017, l'Association QualiVentil – Association romande pour une ventilation de qualité constate: «Dans ces enveloppes toujours plus étanches, la qualité de l'air intérieur est un véritable enjeu pour le confort et la santé des occupants et pour le maintien durable de la qualité des bâtiments. Un concept d'aération est donc indispensable et la ventilation mécanique est une excellente réponse à cette problématique, à condition qu'elle soit de bonne qualité, tant en termes de conception et de planification, que de réalisation et de paramétrage». C'est pourquoi l'association a créé un label qui offre une garantie au maître de l'ouvrage, des conseils et un suivi professionnel indispensable.

Pensez « fraîcheur» en construisant

Peut-être que le réchauffement climatique va engendrer un label «fraîcheur»? C'est en effet l'un des nouveaux paramètres dont il faut tenir compte au moment de la planification d'un ouvrage. Mais des interventions sont aussi possibles en rénovation. De 5° à 10° de différence de température sont enregistrés entre les villes et les campagnes au moment des canicules. Et tandis que les urbanistes abordent à peine cette problématique, le maître de l'ouvrage peut, de son côté, intervenir au moment de la construction ou lors d'une rénovation en choisissant des matériaux adaptés. Planifier un ouvrage pour y maintenir une atmosphère fraîche ou tout au moins éviter l'étouffement passe par un certain nombre de choix constructifs à l'extérieur comme à l'intérieur de la maison. Si les urbanistes reviennent à la végétalisation, le propriétaire peut faire de même, que ce soit dans le jardin ou en toiture. «Lors des canicules, on peut ressentir instantanément la fraîcheur procurée par un arbre. Cela est dû à la transpiration de l'arbre et à l'ombre qu'il porte», explique François Felber, directeur des Musée et Jardins botaniques. L'exposition actuelle «DurArbrilité» fournit d'ailleurs de nombreuses informations dans ce sens (voir Le Régional 961)

Des matériaux respirants

L'isolation est fondamentale pour préserver la fraîcheur dans la maison. C'est un travail d'équilibriste et la relation entre l'isolation, la charpente et les matériaux de construction est fine. Une affaire de spécialistes aguerris et l'on ne peut que conseiller de choisir une entreprise référencée pour cette partie délicate dans la construction. Trop d'isolation ou une mauvaise isolation couplée avec des matériaux étanches vont créer un effet thermos invivable. C'est pourquoi de nombreux corps de métier reviennent aux basiques naturels, «comme les laines de bois, la pierre, le bois, l'ardoise, la terre cuite», constate Gérard Carrel, coadministrateur de l'entreprise B. Schnider à Montreux.

Le pisé 100% suisse

Si le pisé évoque les cases africaines, il peut être utilisé dans tous les pays du monde. Il s'agit simplement de réaliser des briques avec la terre et ses agrégats présents sur le lieu de construction. Les dernières recherches effectuées dans les écoles polytechniques fédérales de Lausanne et de Zurich (EPFL, EPFZ) lui accordent des propriétés très intéressantes. Le pisé est en effet un excellent régulateur naturel d'humidité. Par contre, sa faible densité ne permet aucun stockage de la chaleur. Couplé avec le bois, voire une façade ventilée, il constitue l'une des solutions les plus écologiques. Mais à ce stade, le manque d'industrialisation du processus en fait un matériau relativement cher.

Végétaliser n'est plus une option

Certes, cela demande un minimum d'entretien, et c'est ce que la plupart des gens ne veulent plus aujourd'hui. Faute de temps et de connaissances. C'est un faux problème. Avec les conseils d'un paysagiste ou d'un jardinier, il est possible de créer un environnement végétal sans passer soirées et week-ends à le pomponner. Il existe une belle variété d'arbres, arbustes et plantes pas compliqués à vivre? (Voir notre liste sur www.leregional.ch). Un jardin potager en terrasse constitué de bacs prévus à cet effet est une alternative intéressante pour dissuader les limaces et autres nuisibles.

Pour éviter la pousse de mauvaises herbes en toiture comme au jardin, les nattes couvrantes, hélas synthétiques mais imputrescibles sont infranchissables. Pour tapisser ce fond et lui donner l'ambiance qui nous va, les matériaux ne manquent pas: gravier, plaquettes de bois, écorces ou mulch d'origine diverses tels que roseaux, coque de cacao, etc. Idéals en pente, les végétaux tapissants, tels que pervenches ou lierre, sont une bonne alternative aux mauvaises herbes.

Date:29.08.2019
Parution: 962

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio