Télécharger
l’édition n°963
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Le peuple vote et les vignerons trinquent

Aménagement du territoire Le plan d'affectation cantonal (PAC) Lavaux fâche communes et vignerons. Les recours s'annoncent virulents pour cette mise à l'enquête qui court jusqu'au 26 septembre.

«Nous n'avons ni travaillé ensemble, ni été écoutés»

Textes: Magaly Mavilia

«S'il faut aller jusqu'au Tribunal fédéral, nous irons». Fabrice Neyroud, syndic de Chardonne n'entend pas «donner» 90'000 m2 au Canton. Au cœur du territoire concerné, cette enclave verte fait partie des 633 hectares sur 1'283 dans lesquels «les nouvelles constructions sont interdites», a précisé Jacqueline de Quattro, Conseillère d'Etat en charge du Département du territoire et de l'environnement (DTE) lors de la présentation de la mise à l'enquête du PAC Lavaux le 27 août.

90'000 m2 qui passent en mains cantonales, c'est trop selon le syndic de Chardonne, «d'autant plus qu'ils ne sont pas du tout rattachés à la zone viticole». Un avis partagé par Maurice Neyroud, président de la Commission intercommunale de Lavaux (CIL): «Ce verrouillage cantonal n'est pas correct. Avec la LAT, il y a des possibilités dans le futur de réaffecter des terrains en zone à bâtir». Si la volonté de la Municipalité de Chardonne n'est pas de construire sur cette zone déjà réservée, elle veut garder la main sur ses terres. Solidaire de son homologue, le syndic de Saint-Saphorin Gérald Vallélian s'emporte dans un premier temps: «C'est figé pour trop longtemps, si on laisse ces zones dans le giron du Canton, c'est foutu». Avant de tempérer: «Il y a des poches du PAC qui ne sont pas acceptables, mais on ne peut pas dire non à tout. Les négociations vont être ardues, mais il n'y a pas d'obstacles insurmontables.»

Dialogue de sourds

Des 2015, tous les milieux concernés ont été consultés par le Canton en vue de l'élaboration du PAC Lavaux. «Nous avons arbitré entre des propositions très tranchées. C'est contraignant oui, mais c'est voulu par le peuple», insiste Jacqueline de Quattro. Reste que les communes n'ont pas le sentiment d'avoir été entendue. «Le comité de pilotage n'en avait que le nom, déplore Maurice Neyroud. Et nous nous sommes aperçus qu'il s'agissait plutôt de séances d'informations. Nous n'avons ni travaillé ensemble, ni été écoutés».

Solidarité intercommunale

Pluie, pour ne pas dire tempête d'oppositions, il y aura. De la part des Communes, pour des points spécifiques, mais aussi de la CIL en ce qui concerne les règles générales. Les oppositions seront traitées par le Service du développement territorial puis présentées au Grand Conseil qui tranchera à l'horizon 2021.

Documents disponibles dans les greffes des Communes concernées ainsi que sur www.vd.ch/pac-lavaux

Date:05.09.2019
Parution: 963

Historique

1977 Sauvez Lavaux, 55% de oui

1979 Loi Lavaux

2005 Sauvez Lavaux II, 88% de oui.

2007 Inscription Patrimoine mondial

2014 Sauvez Lavaux II. Contre-projet du Conseil d’Etat accepté par 68% de oui.

Le PAC Lavaux en chiffres

1283 hectares

10 communes sont concernées: Bourg en Lavaux, Chardonne, Chexbres, Corseaux, Corsier, Jongny, Lutry, Puidoux, Rivaz et Saint-Saphorin

12 zones d’affectation dont les critères de protection diffèrent: viticoles, ferroviaires, agricoles, sites construit, etc.

633 hectares, soit la moitié du PAC Lavaux est affectée en «zone viticole protégée à valeur paysagère», c’est-à-dire inconstructibles

 

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio