Télécharger
l’édition n°964
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Tous à poils

Un hipster (bobo) d'aujourd'hui porte une barbe bien taillée. Ce signe ostentatoire, comme les chemises à carreaux des hipsters des années 20, est supposé les distinguer, les rendre vintage, différents, remarquables. Mais l'homme est ainsi fait qu'en 2019 comme en 1920, il devient mouton et c'est un véritable troupeau de poilus que nous croisons chaque jour. Tous pareils! Un vrai cliché. Ce qui a conduit ce mouvement à sa mort il y a 100 ans pour renaitre aujourd'hui façon hérisson ou fox à poils durs. Remarquez, ils font le bonheur des Figaros qui de plus en plus se prennent pour Beaumarchais, ajoutant le mot «Barbier» dans leurs vitrines. Certains travaillent très artistiquement, passant un temps infini à sculpter, tondeuse à la main, l'embroussaillement de mentons tendus. Ceci sous l'œil méfiant des barbus inquiets. Et ce n'est pas cher. Les prix affichés varient entre 15 et 25 frs et la taille dure bien plus longtemps que votre coupe à 75 frs! Les chauves et les rasés du crâne sont les plus rigolos avec cette propension à vouloir compenser en dessous ce qui manque en dessus. Et on nous dit que les femmes sont des victimes de la mode? N'aurions-nous pas une inquiétude à avoir quant à l'indépendance d'esprit de nos hommes?

Je me demande où sont les anciens baroudeurs aux visages burinés, les légionnaires qui sentent le sable chaud, les beaux gosses aux lèvres bien ourlées, les Gérard Philippe, Alain Delon, Georges Clooney avant sa barbichette de chèvre, et autres Roger Moore qu'il était possible d'embrasser sans avaler des poils? Plus inquiétant encore, comment vont réagir nos hommes si sensibles aux tendances lorsque la mode voudra qu'on se laisse pousser les oreilles?

Date:12.09.2019
Parution: 964

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio