Télécharger
l’édition n°965
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Les psys à bonne adresse

Est vaudois La Fondation de Nant relocalise cet automne une partie des activités de ses sites de Montreux, Clarens et Aigle dans un nouveau bâtiment à Vevey et au nouvel Espace Santé Rennaz. Près de 800 usagers sont potentiellement concernés.

Le nouveau bâtiment de Vevey permettra un gain en efficience, promet la Fondation de Nant. Ferrari-Architectes

Amit Juillard

Chamboulements en vue. Responsable de l'ensemble des soins psychiatriques publics pour l'Est vaudois, la Fondation de Nant, basée à Corsier, réorganise son dispositif. Un «redéploiement» qui va potentiellement concerner de nombreux patients: 400 à Aigle, 300 à Montreux et 60 à Clarens. «Cela étant, certains ne viennent qu'une fois tous les six mois, ont un dossier en voie de clôture, habitent plus près du nouveau lieu de consultation ou pourront continuer à se rendre là où ils en ont l'habitude, à Aigle, nuance Lysander Jessenberger, responsable de la communication. L'impact est donc moins important que les chiffres ne le laissent entendre.»

Présence restreinte à Aigle

Dans le Chablais, les consultations ambulatoires pour enfants, adolescents et personnes âgées, actuellement menées au Centre du Grand-Chêne à Aigle, se feront au nouvel Espace Santé Rennaz, à deux pas du nouvel Hôpital Riviera-Chablais, dès le 8 octobre. Portes ouvertes le 21 septembre de 10h à 16h.

Une «présence restreinte» pour les personnes qui ne pourraient pas se déplacer est toutefois assurée à Aigle, souligne l'institution. Les consultations pour adultes et l'unité de traitement des addictions y sont, elles aussi, maintenues. Tout comme l'action des équipes mobiles. Celle destinées aux personnes âgées sera augmentée de trois collaborateurs dès le 1er janvier. Pour mémoire, la Fondation de Nant avait fermé son Hôpital de jour aiglon en avril 2019, transférant des patients vers le site de la rue des Moulins à Vevey.

Vevey se renforce

Autre changement majeur sur la Riviera: début novembre, les consultations communautaires pour adultes de Montreux et le centre de jour de Clarens seront réunis dans un nouveau bâtiment, construit à la rue des Communaux à Vevey. L'unité de traitement des addictions reste à Montreux et l'équipe mobile à Corsier-sur-Vevey. «Le travail du personnel soignant au quotidien sera facilité et nous gagnerons en efficience», se réjouit Lysander Jessenberger.

Effectifs doublés aux urgences

La Fondation sera en outre en charge des urgences psy dans le nouvel Hôpital Riviera-Chablais de Rennaz et y accueillera des patients dès le 6 novembre. Ce dispositif, qui quittera le site de Vevey Samaritain, sera renforcé: les effectifs ont été doublés, pour dépasser les 20 employés. La Fondation de Nant ne communique pas le coût de cette réorganisation sur onze sites.

Date:19.09.2019
Parution: 965

Trois questions à Daniela Schuler

Psychologue et cheffe de projet scientifique à l'Observatoire suisse de la santé.

«18% des Suisses souffrent de problèmes psy dans leur vie»

En Suisse, les institutions et les hôpitaux voient leur nombre de patients psy augmenter. La population va-t-elle moins bien?

C'est vrai, le nombre de patients traités en cabinets ambulatoires est passé de 38 pour 1'000 assurés en 2006 à 55 en 2016. Et les consultations en psychiatrie hospitalière ambulatoire ont grimpé de 107 pour 1'000 assurés à 207. La hausse du nombre d'hospitalisations pour maladies psychiques est moins nette, passant de 8,5 à 9 par 1'000 habitants entre 2012 et 2016. Les études épidémiologiques européennes ne montrent en outre pas d'augmentation significative des cas. Une hypothèse est que quelques troubles psychiatriques commencent à être moins stigmatisés et que, par exemple, les gens osent davantage chercher de l'aide.

Une étude européenne affirme que près d'une personne sur deux souffre d'une maladie psychique au cours de sa vie. Ce chiffre est-il vrai pour la Suisse?

Nous ne disposons pas de données épidémiologiques correspondantes pour la Suisse. Selon l'enquête suisse sur la santé, autour de 18% de la population souffre de problèmes psychiques à un moment donné.

Les coûts des soins psychiatriques augmentent pour l'assurance obligatoire. Faut-il s'alarmer?

De 2006 à 2016, les coûts des soins psychiatriques à la charge de l'assurance obligatoire ont augmenté de 57%, pour atteindre près de 2,1 milliards. Cela correspond à 6,5% des coûts totaux pour l'assurance obligatoire. Ce taux est resté stable au cours des dernières années.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio