Télécharger
l’édition n°965
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Corsier cherche de la place pour ses écoliers

Démographie Face au nombre toujours plus croissant d'élèves, et en attendant la construction d'un nouveau bâtiment, la commune vaudoise veut installer des pavillons scolaires transitoires d'ici à la rentrée 2021. Non sans quelques craintes.

Textes: Gabriel Rego Capela

«Nous sommes dans une situation d'urgence». Bernard Schär, municipal des affaires scolaires, ne prend pas le problème à la légère. Corsier-sur-Vevey est surmenée; ses élèves sont trop nombreux, et les classes manquent. Mais surtout, personne ne s'y attendait: l'Association scolaire intercommunale du Cercle de Corsier (ASIC), regroupant aussi les communes de Corseaux, Chardonne et Jongny, avait prévu, dans une étude lancée en 2013, 865 élèves pour 2025. Or pour cette rentrée 2019, ils sont déjà... 940.

«Le boom n'a pas été perçu, à cause d'éléments imprévus à l'époque», explique Bernard Schär, au Conseil communal du 9 septembre. L'édile parle notamment de l'augmentation des élèves de l'école publique par rapport à ceux qui vont dans le privé. Reste que cet accroissement inattendu ne peut plus être absorbé par les travaux d'extension envisagés auparavant. C'est pourquoi la Municipalité demande un crédit d'étude, à hauteur de 73'000 frs, en vue d'installer des pavillons scolaires temporaires dès la rentrée 2021.

Les limites des pavillons

Une solution qui recueillera une large majorité des votes, mais qui ne sera pas sans soulever quelques réserves. «J'ai passé un tiers de ma carrière dans des pavillons scolaires, avertit Patrick Groux (La Concorde). Il y fait trop froid l'hiver, trop chaud l'été. Il faudra faire attention au chauffage et à la climatisation».

«Ce ne sont plus les pavillons d'antan, rassurez-vous, répond le municipal Pierre-André Débétaz, chargé des bâtiments communaux. Nous travaillerons avec des pompes à chaleur, nous prendrons soin des aspects thermiques». De même, pour répondre à certaines inquiétudes d'ordre esthétique, Bernard Schär évoque la possibilité de constructions en bois. À discuter après l'étude.

Date:19.09.2019
Parution: 965

Trois communes plébiscitent un sondage sur la fusion

Sonder ou ne pas sonder? Telle est la question. Comme Le Régional l'annonçait (notre édition 959), les quatre communes du cercle de Corsier, incluant Chardonne, Jongny, Corseaux, ont récemment discuté l'idée d'un sondage indicatif visant à connaître l'avis de leurs habitants sur une possible étude de fusion. La proposition devait recueillir l'assentiment des quatre communes pour être mise en œuvre, mais elle n'a que trois feux verts: Chardonne a dit non, Jongny et Corseaux ont dit oui, suivie ce même 9 septembre par Corsier, avec seulement 2 avis contraires et 8 abstentions.

Comment faire? «Que Chardonne refuse ne change rien. Pour moi, ne pas poser la question à nos citoyens est un déni de démocratie», affirme la socialiste Jessica Ribeiro. «Avec tout le respect qu'on peut avoir pour nos confrères de Chardonne, on ne peut leur laisser le droit de décider pour la population de notre commune», renchérit son collègue Tiago Ribeiro. La Municipalité va-t-elle partir sur un sondage unilatéral, ou coordonné avec Jongny et Corseaux? Affaire à suivre.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio