Télécharger
l’édition n°967
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Pully poursuit sa densification

urbanisme Après plus de dix ans de procédure, le plan de quartier Roches-Rochettaz est validé. Trois immeubles avec un étage de moins que prévu, toits végétalisés, coulées vertes et création d'un garage souterrain avec entrée et sortie dissociées pour réguler le trafic. Un recours des opposants reste possible.

En 2009, le propriétaire des parcelles nos 113, 114 et 117 déposait à l'enquête publique un projet de construction de trois immeubles. DR

Xavier Crépon

«C'est un soulagement que ce plan de quartier ait enfin passé la rampe.» Satisfait, Nicolas Leuba, municipal de l'urbanisme, savait que cela ne serait pas tâche facile. Mais la dernière mouture présentée par la Municipalité a finalement convaincu les élus le 25 septembre. En réduisant le nombre d'étages initial autorisé et en imposant des coulisses et des toitures végétales entre, et sur les bâtiments, le plan de quartier Roches-Rochettaz est accepté avec 44 oui, 25 non et 6 abstentions. Située dans le PALM (Projet d'Agglomération Lausanne-Morges) et à proximité des transports publics, cette zone de 15'000 m2 entre l'avenue de Rochettaz et le chemin des Roches est vouée à la densification.

Coulées vertes

Tout est parti du souhait d'un propriétaire d'ériger trois immeubles de logements sur ses parcelles situées au centre de la zone. Pas convaincus par le projet de construction, les voisins directs s'opposent et demandent à la Municipalité de préparer un plan de quartier afin de réguler la situation. C'était en 2009. Après une première mouture soumise à l'enquête publique en 2015, puis révisée pour être plus en accord avec les griefs, la Municipalité revient cette année avec un projet plus raisonnable: un étage de moins autorisé (rez + 4 étages), imposition de coulées vertes entre les bâtiments et toits végétalisés, et création d'un garage souterrain avec entrée et sortie dissociées pour réguler le trafic. Pas suffisant pour certains voisins et Pro Natura qui maintiennent leurs six oppositions.

Pas encore la fin?

«Les craintes des opposants lors du projet initial étaient légitimes, mais le plan de quartier proposé ce soir répond aux inquiétudes, s'exclame le président de la commission d'urbanisme, Yassin Nour. La densification est plus modérée, le trafic supplémentaire généré est deux fois moins important que prévu et les cordons de verdure diminuent le vis-à-vis entre les immeubles.» Convaincus, les élus ne débattent pas sur le fond, mais ont des avis divergents sur les amendements proposés. Dont la possibilité d'imposer une surface de plancher supplémentaire pour des logements d'utilité publique. Alors que les socialistes Pauline Tafelmacher et Muriel Thalman défendent bec et ongles cet amendement, plusieurs PLR et la Municipalité incitent à le rejeter. «D'autres quartiers sont plus adaptés pour ce type de logement à Pully et nous craignons qu'une nouvelle enquête publique ne doive être lancée si nous l'acceptons», explique Nicolas Leuba. À quelques voix près, le Législatif suit l'Exécutif, mas pas sur son refus d'imposer un cheminement piétonnier traversant le quartier du Nord au Sud. «Il est d'intérêt public de faire passer les piétons en dehors des routes fortement fréquentées par les voitures, martèle le vert Alexis Bally. S'en suivent la levée des oppositions et un vote à bulletin secret. Le plan de quartier est alors accepté à la majorité. «Plusieurs propriétaires ont déjà réussi à bloquer ce projet pendant de trop nombreuses années, mais nous pouvons enfin aller de l'avant», se réjouit le syndic Gil Reichen. Un recours est néanmoins toujours envisageable, ce qui prolongerait encore la procédure de quelques années.

Date:03.10.2019
Parution: 967

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio