Télécharger
l’édition n°968
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Chamblandes ou Chamglandes ?

Pully Des parents d'élèves pointent l'absentéisme du corps enseignant du gymnase du bord du lac. Ils craignent un retard sur le programme et critiquent le manque de communication. Pourtant, selon le Canton, l'établissement se trouve dans la moyenne cantonale. Eclairage.

«Ma porte est, et sera toujours ouverte», assure Michael Gelsomino, directeur du gymnase de Chamblandes, qui plaide pour le dialogue.

Texte et photo: Xavier Crépon

Lorsque l'absentéisme en milieu scolaire est évoqué, les premiers mots qui viennent à l'esprit sont plutôt école buissonnière ou décrochage des élèves. Au gymnase de Chamblandes, ce n'est pas l'absentéisme des ados qui fait jaser, mais bien celui des professeurs.

Manque d'information

L'établissement pulliéran traine de longue date une mauvaise réputation, au point d'être surnommé «Chamglandes». Depuis 2016, la situation se serait améliorée, selon un ancien parent d'élève, grâce à l'arrivée d'un nouveau directeur, Michael Gelsomino, professeur et ancien membre du Conseil de direction du gymnase de Burier, à La Tour-de-Peilz. Pourtant, trois ans plus tard, en cette rentrée 2019-2020, les critiques et inquiétudes de parents resurgissent. «Rien que l'année dernière, la classe de mon enfant a eu plus de 100 périodes manquées car les enseignants n'étaient pas là, confie au Régional une maman, anonymement, pour éviter tout risque de stigmatisation de son enfant. Et depuis la rentrée, ce sont déjà plus d'une dizaine de périodes d'absence». Un témoignage recoupé par plusieurs autres recueillis par Le Régional.

Outre ces absences répétées, la crainte d'un retard sur le programme. Comment les enseignants comblent-ils les trous ainsi laissés? Accélèrent-ils leurs leçons? Pourquoi n'y a-t-il pas plus de remplacements? Dans le flou, ces parents dénoncent un manque de communication de la part du gymnase. «Souvent, les élèves ne sont pas informés à l'avance de l'absence de leur professeur et ne la découvrent qu'à leur arrivée via les tableaux interactifs, déplore un papa. Certains jeunes viennent de Villeneuve, Chexbres ou Blonay, et se dépêchent pour arriver en cours, et au final il n'y a personne. Pourquoi ne pas les avertir pas e-mail ou par messagerie quand l'absence est connue?»

Plus de 1'000 heures d'absence

De manière factuelle, impossible pour Le Régional d'obtenir des chiffres précis concernant l'absentéisme des enseignants de ce gymnase. Tout au plus le Canton communique, 25 jours après nos questions, une moyenne d'absentéisme des enseignants pour l'ensemble des douze gymnases vaudois: 2,1% des cours n'y ont pas eu lieu l'an dernier pour cause de maladie, d'accidents ou de motifs personnels des enseignants, selon le département de la formation. Et «s'agissant du Gymnase de Chamblandes, nous sommes pile dans la moyenne cantonale», se contente d'assurer Julien Schekter, son porte-parole.

Michael Gelsomino se montre plus précis: «Pour l'année 2018-2019, nous sommes à 2,13%. Sur les 50'000 heures de cours que nous devons donner sur une année, un peu plus de 1'000 périodes sont tombées.» Face à l'alarmisme, le directeur tient à rassurer. «Depuis mon arrivée, ce taux est stable. Certains parents ne sont peut-être pas habitués à voir des cours annulés sans remplaçants. Mais il faut rappeler que le gymnase est une formation post-obligatoire où les étudiants sont amenés à travailler en autonomie si le cours n'a pas lieu.»

«Nous devons nous améliorer»

Le directeur assure également que les 140 maîtres de son institution font tout ce qu'ils peuvent pour éviter de perdre des périodes, mais parfois des situations particulières se présentent: maladie, accident, formation, accompagnement en sortie scolaire, etc. «De manière générale, les professeurs annoncent leur absence à l'avance et font des rocades avec leurs collègues, ou donnent alors du travail à leurs étudiants à faire pendant leur absence. Pour les imprévus, nous les annonçons via les tableaux interactifs et pas autrement. C'est un choix. Le but est que les élèves viennent sur leur lieu d'études pour échanger, débattre et travailler ensemble, qu'il y ait cours ou non».

Le directeur admet toutefois que le gymnase de Chamblandes doit mieux communiquer à l'avenir et plaide pour le dialogue. «Ma porte est, et sera toujours ouverte. Il est parfois difficile de rassurer les parents sur des cas spécifiques et nous devons nous améliorer sur ce point. Mais dans l'ensemble, nous avons plutôt des retours positifs et des indicateurs qui démontrent que nos élèves ne réussissent pas moins bien que les autres dans les hautes écoles. Je ne suis donc pas inquiet.»

Date:10.10.2019
Parution: 968

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio