Télécharger
l’édition n°968
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Blonay appelle un philosophe du climat à l'aide

Ecologie A la demande d'élus de tous les partis, le Conseil communal tiendra une séance extraordinaire le 3 décembre. Objectif: discuter des mesures communales à prendre face au défi climatique planétaire. Avec pour guide, à la demande des élus, le professeur Dominique Bourg, spécialiste des questions environnementales.

«Les retombées de cette conférence ne peuvent être que positives» Dominique Martin, syndic PLR

Textes: Amit Juillard

Une demande peu commune parvient à Laura Ferilli, socialiste et nouvelle présidente du Conseil communal. Ce 24 septembre, à l'initiative d'André Grivel (Les Verts et Ouverts), 25 élus requièrent la tenue d'une séance extraordinaire. «Notre règlement le permet: lorsqu'un cinquième des membres du Conseil (réd: 16 sur 65) la réclame, elle peut être agendée sans vote, à condition qu'elle ne coûte rien aux contribuables, explique la première citoyenne de Blonay au bout du fil. Or, la séance du 27 août 2019 a été annulée.» Ce sera le 3 décembre à 20h, en public. Avec pour unique sujet l'écologie et un invité de marque: Dominique Bourg, philosophe spécialiste du climat, qui viendra gratuitement à l'aula de Bahyse. «Je n'ai pas demandé d'argent parce que je fais un acte citoyen. Il s'agit d'avertir les gens d'une situation qui est lourde.»

«Pas la science infuse»

En invitant cet ex-candidat d'«Urgence Ecologie» aux élections européennes en France, André Grivel souhaite sensibiliser les autorités. Mais aussi appeler à l'aide: «Nous (réd: Les Verts et Ouverts) n'avons pas la science infuse et nous nous posons aussi beaucoup de questions sur ce que nous pouvons faire au niveau communal pour l'environnement. Je suis convaincu que Dominique Bourg pourra nous amener de nouvelles idées.» Dominique Martin, syndic PLR de Blonay, labelisée «Cité de l'énergie», se réjouit aussi de la venue du professeur honoraire de l'Université de Lausanne. «Les retombées de l'exposé de Dominique Bourg ne peuvent être que positives. L'écologie, nous y sommes extrêmement favorables, mais il faut essayer de la saisir dans toute sa complexité.»

Autonomie alimentaire

Durée de la conférence: 45 minutes, avant le temps des questions et du débat. «Je pense faire un état des lieux, il y a quelques graphiques à montrer, détaille au Régional Dominique Bourg. Ensuite, je donnerai des pistes d'actions.» Lesquelles? «Il y a deux axes: la contribution à la réduction des impacts sur la biosphère et l'adaptation aux changements climatiques. Pour le premier, si l'on agit seul, ce n'est pas gagné. En revanche, le second est bon, quoi qu'il advienne. Par exemple, aujourd'hui, en Suisse, seuls 3% de la population travaille dans l'agriculture. Que se passerait-il en cas de gros problème? Un village comme Blonay pourrait solliciter un maraîchage agroécologique et permacole qui restaure les sols détruits par l'agriculture intensive. Comme le fait la commune de Grande-Synthe, en périphérie de Dunkerque.» En se transformant en ferme urbaine durable, la ville du nord de la France vise l'autonomie alimentaire.

Union sacrée

La requête pour cette séance supplémentaire est signée par des membres de tous les partis. Pourtant, la question climatique a par le passé déclenché des débats animés (Le Régional 944 et 957). «Il y a aujourd'hui une prise de conscience générale, également au-delà de Blonay», estime le syndic. Jean-Marc Nicolet (Les Verts et Ouverts) nuance: «L'écologie ici, ce n'est pas encore tout à fait ça, mais nous y arriverons.»

Face à «l'urgence climatique» et à la possibilité «d'effondrement», André Grivel appelle à l'union sacrée: «L'écologie peut être un but commun à tous les partis. Nous ne sommes plus dans les luttes partisanes mais humanitaires. L'objectif de cette rencontre est que nous réfléchissions tous ensemble, avec nos différences.»

Date:10.10.2019
Parution: 968

Ça bouge pour l'environnement

L'écologie semble avoir le vent en poupe à Blonay. Lors du Conseil communal ce 24 septembre, plusieurs décisions teintées de vert. D'abord, les nouvelles constructions devront peut-être s'équiper pour récolter l'eau de pluie pour arroser, comme le demande une motion portée par l'écologiste André Grivel et le PLR Olivier Karlen. Qui souhaitent également voir la Municipalité soutenir les autres propriétaires en ce sens et prévoir des récupérateurs à l'usage des services communaux. L'Exécutif devra présenter une étude ou un projet.

30 km/h dans le centre?

Autre discussion ce même soir: l'abaissement de la vitesse autorisée à 30 km/h dans le village. En acceptant deux postulats sur la thématique, le Législatif invite la Municipalité à étudier la question. Le texte des Verts et Ouverts vise une limitation générale au centre et ses abords. Celui du Groupement des indépendants de Blonay aussi, mais de 22h à 6h et pour un périmètre moindre.

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio