Télécharger
l’édition n°968
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Conseil juridique à bas prix

Corsier Une nouvelle plateforme en ligne met en lien clients et avocats pour des tarifs abordables. Son initiateur se défend de vouloir faire du dumping. Son objectif: permettre à tout un chacun de poser des questions sans redouter une facture impayable.

« Un tarif-horaire moyen de 350 frs est difficile d'accès pour le grand public » Philippe Gilliéron, créateur de traial.ch

Texte et photo: Amit Juillard

Une étude allemande publiée en 2013 par Forsa montre que 71% de la population renonce à recourir aux services d'un avocat par peur des coûts liés à une consultation en cabinet. «Rien ne permet de penser que la Suisse se trouve dans une situation plus enviable, affirme Philippe Gilliéron, avocat corsiéran exerçant à Vevey. Un tarif-horaire moyen de 350 frs est difficile d'accès pour le grand public. Les gens ne prennent rendez-vous que pour des événements d'importance, pas juste pour poser une question.»

Pour pallier ce manque, le professeur de droit aux universités de Lausanne et Fribourg lance traial.ch en septembre 2019: une plateforme en ligne pour permettre aux internautes de transmettre leurs interrogations à des professionnels pour un tarif fixe, basé sur le nombre de caractères rédigés. Prix: entre 25 frs et 120 frs, auquel s'ajoutent des frais selon les documents joints à la requête. Le délai de réponse est de 24 heures, voire quatre heures en mode express.

Ces dernières années, plusieurs sites similaires ont fleuri, comme monavocatenligne.ch ou law-rence.ch. Traial.ch se distingue en permettant non seulement à des avocats, mais également à des juristes de venir en aide aux utilisateurs. Les 39 contributeurs actuels travaillent en huit langues, dont l'arabe et l'albanais.

Dumping salarial?

Au vu des prix pratiqués, faut-il craindre un dumping salarial? «Nous ne sommes pas là pour enlever des parts de marché aux avocats, mais pour agrandir le gâteau, coupe Philippe Gilliéron. Nous leur donnons accès à une frange de la population qui n'ose pas aller les voir et ne les consulterait pas au tarif usuel. Et ce sont surtout de jeunes avocats et juristes qui se sont inscrits. Ça peut leur permettre de se faire mettre en avant, de se faire un nom.» Et de gagner des mandats. Si la question d'un client demande à être développée, ce dernier a la possibilité de demander un devis pour un rendez-vous. Côté modèle financier, traial.ch retient 25% de la somme payée par les usagers.

L'Ordre des avocats veille

François Roux, bâtonnier de l'Ordre des avocats vaudois (OAV), ne souhaite pas s'exprimer sur ce nouveau site avant de l'avoir analysé. «Sur le principe, il faut que le justiciable puisse avoir accès à ce genre de renseignements. L'OAV planche d'ailleurs sur sa propre plateforme en ligne. De manière générale, lorsqu'une nouvelle permanence en ligne voit le jour et nous est signalée, nous procédons à des vérifications pour nous assurer que les règles déontologiques de la profession, en particulier le secret professionnel et l'indépendance, soient respectées.» La Fédération suisse des avocats a également émis des recommandations en ce sens.

Date:10.10.2019
Parution: 968

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio