Télécharger
l’édition n°968
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Luc Debraine: « Trop d'idéologie, ce n'est pas mon truc »

Luc Debraine: « Trop d'idéologie, ce n'est pas mon truc »

Son coup de cœur

Le prix Suva des médias que reçoit notre journaliste stagiaire Amit Juillard pour son enquête sur l'IQOS de Philip Morris. «Cela me touche beaucoup qu'un prix aussi connu et prestigieux soit remporté par un journal régional de qualité, gratuit de surcroit. Cela montre que les anciens préjugés en matière de journalisme ne sont plus ceux d'aujourd'hui et c'est un encouragement à bien faire ce travail de journaliste local. En plus, c'est un sujet d'actualité, notamment les cigarettes électroniques, sur lequel il y a beaucoup d'informations contradictoires. L'enquête journalistique est ici indispensable. Je suis vraiment touché par ce prix».

Son coup de sang

Le sujet sur un sanctuaire pour animaux sauvés des abattoirs. «Le trop plein d'idéologie et la compassion pour des poules en déshérence, ce n'est pas mon truc. Chacun a droit à ses croyances et je ne connais pas ces personnes, mais beaucoup d'antispécistes sont dans l'excès et provoquent l'intolérance. Je préfère l'ouverture. Comme par exemple votre sujet sur Blonay qui organise une séance extraordinaire du Conseil communal sur le climat. C'est le meilleur moyen de se doter d'outils juridiques et politiques. Un très bel exemple».

Ses thèmes de prédilection

Luc Debraine dit «dévorer» l'information et lire de tout, du local à l'international. Que ce soit sur papier ou sur écran, peu lui importe le support, c'est le fond qui compte. «J'écoute la RTS et France Inter et France Culture. Très peu de télévision en revanche, je préfère l'écrit. Je m'intéresse à la science et à ce monde qui change». Luc Debraine se passionne pour les ponts entre la technique et l'art, la création, le social. «Les nouveaux outils permettent beaucoup de choses et peuvent rendre l'humain meilleur. Tout dépend de ce que l'on en fait. De l'information, de la communication, de la tromperie, de l'image vraie ou fausse? Tout est à notre portée, le meilleur comme le pire.»

Date:10.10.2019
Parution: 968

Qui est-il

• Directeur du Musée de l'appareil photographique de Vevey

• Historien de l'art et journaliste, spécialiste des médias, de la photographie et des nouvelles technologies

• Chargé de cours en culture visuelle à l'Université de Neuchâtel

• Gère l'héritage photographique de son père, Yves Debraine, photographe de la famille Chaplin

Son actu à lui

• Dès le 7 novembre et jusqu'au 26 janvier, l'exposition photo «Identités»: série de portraits réalisés par l'acteur et photographe Vincent Perez

• 22 et 23 novembre: les 100 ans de Pentax, dont Vincent Perez est l'ambassadeur

• Ateliers photos ouverts à tous, notamment aux classes (www.cameramuseum.ch)

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio