Télécharger
l’édition n°969
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Les jeunes à la rescousse du lac de Bret

Puidoux Entre nettoyage des rives, lâcher d'oiseaux après leur baguage et sorties à la rencontre de la biodiversité, le Groupe des Amoureux de la Nature en Lavaux multiplie ses actions de sensibilisation pour marquer son 25e anniversaire.

Le lâcher d'oiseau continue d'émerveiller les enfants.DR

Xavier Crépon

«Pour beaucoup de monde, le lac de Bret est une réserve d'eau pour la ville de Lausanne ou un coin prisé des pêcheurs, mais il est bien plus que cela, assure Gilbert Bavaud, président du Groupe des Amoureux de la Nature en Lavaux (GANaL). C'est aussi un lieu très important pour la faune et la flore. Beaucoup d'oiseaux y nichent, ou s'y arrêtent lors de leur migration.» Passionné de volatiles, l'enseignant à la retraite tient à proposer des activités aux plus jeunes. «Ils sont notre avenir et il est primordial de les rendre réceptifs à la nature.» Entre nettoyage des rives, lâcher d'oiseaux après leur baguage et sorties à la rencontre de la biodiversité, les occasions sont multiples pour les sensibiliser. Les parents ne sont pas en reste. «C'est aussi pour eux un moyen de partager une activité en famille tout en se mobilisant pour la préservation des lieux naturels.»

Un lac plutôt propre

Tous les premiers samedis d'octobre depuis trois ans, le GANaL organise son traditionnel nettoyage des rives. Cette année, le bilan est très positif. «Une vingtaine de personnes sont venues, pour la plupart en famille, explique Gilbert Bavaud. Armées de seaux, bottes et gants, elles n'ont pas chômé.» Résultat: des rives propres débarrassées des détritus sauvages. Canettes, papiers, verre vide ou encore bouteilles en PET, ce sont surtout des déchets de consommation qui jonchent le sol. Il y en a toutefois de moins en moins après chaque édition. «Les rives du lac de Bret sont devenues quasiment propres, souligne le président. La première année, nous avions retrouvé des gros objets, dont plusieurs pneus qui ont rempli une benne entière. Aujourd'hui, il ne reste plus que quelques détritus laissés parfois par des promeneurs peu attentionnés. C'est plutôt réjouissant pour la préservation du site.»

Pour leur avenir

Le GANaL effectue aussi régulièrement des baguages d'oiseaux au lac, avec une soixantaine de jours par année à son actif. «Nous le faisons quatre fois avant l'été et ensuite quand les migrations recommencent de fin juillet à octobre, relève Gilbert Bavaud. Avec les classes de la région, nous faisons découvrir aux enfants la nature et ses oiseaux en les faisant participer à cette activité.» Les jeunes ne s'occupent pas directement de la pose des filets, du retrait des oiseaux et du baguage réservés aux connaisseurs, mais ils ont la possibilité de les relâcher une fois que les volatiles sont munis de leurs anneaux. «C'est toujours un moment magique pour eux quand ils tiennent des oiseaux entre les mains et qu'ils les lâchent pour leur envol, assure le président. Primordiaux, ces moments construisent leur rapport à la nature. Peut-être même que cela leur permettra de développer une fibre pour sa protection. N'oublions pas que ce sont eux qui s'occuperont du monde de demain.»

« Nous devrions entendre les oiseaux chanter »

Le GANaL attrape et bague environ 2'000 oiseaux par année au lac de Bret. Pesés et mesurés, leurs données sont ensuite envoyées à la station ornithologique de Sempach. «Nous le faisons le plus rapidement possible pour limiter leur stress, mais ces mesures sont nécessaires. Nous devons savoir quelles espèces passent ou vivent par ici afin de mieux les protéger, explique Gilbert Bavaud. Le problème actuel est que beaucoup d'oiseaux comme ceux des milieux cultivés partent ou disparaissent. Il y a beaucoup trop de dérangements et de moins en moins de biotopes pour s'alimenter et se reproduire». En cause? Des constructions nombreuses et une agriculture intensive qui appauvrissent la biodiversité des sols. «Il faudrait revenir à un comportement plus respectueux de l'environnement. Au printemps, nous devrions entendre des oiseaux chanter dans tous les milieux. Malheureusement, ce n'est plus le cas.»

Date:17.10.2019
Parution: 969

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio