Télécharger
l’édition n°969
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

« Il faut avoir la victoire modeste »

Vevey Les municipaux Michel Agnant et Jérôme Christen sont de retour après dix mois d'absence. Le Tribunal cantonal a jugé la prolongation de leur suspension disproportionnée. Le Régional les a suivis au moment de retrouver leurs équipes et leurs bureaux.

Comme leurs collègues municipaux, Michel Agnant (à gauche) et Jérôme Christen, de retour au travail, se disent prêts à repartir sur de nouvelles bases.

Textes et photos: Amit Juillard

Dans son bureau du troisième étage, rue du Simplon 16, les étagères sont vides. «Mes archives personnelles vont arriver d'ici à la semaine prochaine.» Ce 11 octobre, Jérôme Christen (Vevey Libre), municipal de l'urbanisme et des espaces publics, est de retour aux affaires après quelque dix mois d'absence. Sa suspension, comme celle de son collègue de parti Michel Agnant, a pris fin (lire encadré).

Il saisit un classeur gris. «Ça devrait être vite lu, mais je vais m'atteler à lire les 453 pages de procès-verbaux de séances de Municipalité.» C'est dans le train en direction du Grand Conseil le mardi 8 octobre qu'il apprend la nouvelle de son avocat. «Mais c'est le soir, quand j'ai vu mon remplaçant Michel Renaud faire ses cartons au téléjournal que j'ai réalisé que nous serions de retour le lendemain déjà.» Pour lui comme pour Michel Agnant, les premiers jours sont faits de prises de contact avec les collaborateurs, de séances.

« Ne pas remettre de l'huile sur le feu »

Sous la supervision du préfet du district, la séance de Municipalité extraordinaire du 9 octobre s'est tenue «dans un climat serein», écrivent les quatre élus dans un communiqué. «Si nous voulons finir la législature de manière honorable, il faudra que nous évitions tous de remettre de l'huile sur le feu, mesure Jérôme Christen. Pour mon collègue et moi, c'est une victoire d'étape, mais il faut avoir la victoire modeste. Pas besoin d'en rajouter.» Toujours accusés d'avoir violé leur secret de fonction dans le cadre de l'affaire Girardin, les deux centristes sont attendus au Tribunal de police le 12 novembre.

«L'éclat ne viendra pas de moi»

A deux pas de là, rue du Simplon 14, dans le bureau de Michel Agnant, le responsable informatique. «Il doit faire quelques manipulations pour moi, la Ville vient de changer d'environnement informatique», commente le municipal des affaires sociales, du logement et de la culture. Lorsqu'il évoque son retour, il sourit: «Je passais souvent devant l'entrée puisque j'habite à trois minutes. Sans jamais pousser la porte. Alors quand je l'ai poussée pour venir dire bonjour mercredi matin (réd: le 9 octobre), j'ai ressenti un petit frisson, une belle sensation.» Est-il prêt à faire table rase du passé? «Si on ne sait pas d'où on vient, on ne sait pas où on va, coupe l'édile. Mais l'éclat ne viendra pas de moi, sauf si on me marche sur les pieds.»

Réinternalisation prochaine des gérances ?

Pour rappel, la crise municipale s'est en partie cristallisée autour de la réinternalisation des gérances, souhaitée par Michel Agnant, soutenu par Jérôme Christen. Questionnée à ce sujet par l'élue socialiste Caroline Gigon au Conseil communal du 10 octobre, la syndique verte Elina Leimgruber répond: «Avec la nouvelle adjointe à la cheffe de service, qui s'occupe des gérances, le service estime que l'internalisation sera possible avec la structure actuelle et une aide au niveau de la comptabilité.» Mais l'Exécutif attend encore l'analyse d'une entreprise externe. Un préavis devrait être déposé avant la fin de l'année. La prochaine séance de Municipalité se tiendra le 28 octobre en compagnie de la préfète.

Date:17.10.2019
Parution: 969

Conseil d'Etat désavoué

Au Conseil communal du 10 octobre, les municipaux ad hoc Michel Renaud (PS) et Jacques Ansermet (PLR) ne sont plus là. Michel Agnant et Jérôme Christen (Vevey Libre) reprennent leurs places habituelles. Accusés de violation du secret de fonction, ils avaient été suspendus par le Conseil d'Etat fin décembre 2018 à la demande de leurs collègues, la syndique Elina Leimgruber (Les Verts) et Etienne Rivier (PLR). Mise à pied prolongée pour 6 mois fin juin 2019.

Coup de tonnerre le 8 octobre. La Cour de droit administratif et public du Tribunal cantonal (CDAP) donne suite au recours des deux édiles. Et ordonne leur réintégration immédiate. La prolongation de leur suspension ne respecte pas le principe de proportionnalité, estiment les juges. Au terme de son enquête, le procureur abandonne en effet les griefs les plus graves reprochés à Michel Agnant et Jérôme Christen, comme la transmission d'informations à la presse. Le Conseil d'Etat ne fera pas recours contre la décision de la CDAP.

Pour mémoire, les deux centristes se posent en lanceurs d'alerte dans l'affaire Lionel Girardin, du nom de leur collègue socialiste suspendu et soupçonné de gestion déloyale des intérêts publics. Michel Agnant et Jérôme Christen sont convoqués au Tribunal d'arrondissement de l'Est Vaudois le 12 novembre.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio