Télécharger
l’édition n°969
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Des ados de la Riviera se dévoilent dans une série

Vevey Porté pour la cinquième année consécutive par la compagnie de danse ADN Dialect, le projet de médiation culturelle et pédagogique «Ghetto Jam» présente cette année Zone D, une série de trois épisodes sur la vie, la joie et les soucis des jeunes. Ils espèrent une sortie en salle d'ici à la fin de l'année.

Le tournage étant désormais terminé, place à la post-production.DR

Xavier Crépon

Après les films Genre et Lunarium, les jeunes de «Ghetto Jam» reviennent cette année avec un format différent, Zone D, une série de trois épisodes de 25 minutes. Cette production de la compagnie de danse ADN Dialect souligne la vie, les joies mais aussi les problèmes que peuvent rencontrer les adolescents. «Zone D fait référence au quartier «secteur D» de Vevey ainsi qu'au système D, relève Angelo Dello Iacono, fondateur de la compagnie. Savoir se débrouiller et relever la tête face aux soucis quotidiens, c'est aussi ce que nous essayons d'inculquer à ces jeunes à travers notre démarche pédagogique de «Ghetto Jam». Tomber enceinte involontairement, se faire virer de chez soi, faire face à la dépression ou encore être confronté aux forces de l'ordre, les tracas auxquels les ados peuvent être confrontés sont multiples. Nous les mettons en lumière à travers cette série et montrons qu'il est possible de s'en sortir par l'union, le respect et l'amour.»

Faire tomber les barrières

Angelo Dello Iacono et Marion Dil, anciens danseurs du Rudra Béjart Ballet, se sont lancés dans ce projet de médiation culturelle avec les jeunes depuis cinq ans. Leur axe jeunesse a déjà produit des pièces chorégraphiques, des films ainsi que des performances de rue. Cette année, les ados se sont entraînés et ont tourné 58 scènes et plus de 2'000 prises vidéo pour la réalisation de cette série. Une implication sans faille qui devrait déboucher sur une projection espérée d'ici à Noël dans les salles de cinéma de la région. Soutenu par la Commission Prévention Riviera, la Fondation Brentano, ainsi que par les villes de Vevey et de La Tour-de-Peilz, ce projet à valeur humaniste est gratuit et ouvert à tous les jeunes. «Peu importe son horizon, ses origines ou ses moyens financiers, nous acceptons chaque ado qui est motivé et nous le prenons tel qu'il est, proclame le créateur du projet. L'argent et l'art ne doivent pas représenter des barrières ou être synonymes d'exclusion. L'idée est de sensibiliser ces ados à l'art chorégraphique tout en les amenant à avoir du plaisir à danser, jouer et surtout à rigoler. Car «Ghetto Jam», c'est aussi ça. Le bêtisier sera certainement plus long que la série elle-même», promet Angelo Dello Iacono.

www.adndialect.ch

Date:17.10.2019
Parution: 969

"Ghetto Jam", c'est notre deuxième famille

Du plaisir, ils en ont eu. De l'énergie à revendre aussi. Depuis janvier, les jeunes s'entraînent, s'aident et performent plusieurs fois par semaine sans relâche. «Danse, parcours ou jeu d'acteur, nous avons presque tout fait», explique Ima, 17 ans. «Nous avons aussi dû nous adapter aux conditions de tournage. Respecter les silences et rester concentrés sur de longues durées, c'est loin d'être facile au début, analyse Zacharie, 18 ans. Petit à petit, les ados ont donc accumulé de l'expérience et se sont imprégnés du scénario. «Nous devions comprendre le message à transmettre, tout en se le réappropriant pour pouvoir ensuite l'expliquer avec nos mots, confie Sasha, 17 ans. C'était un beau challenge et une opportunité à ne pas manquer. Pouvoir jouer dans une série déjà à notre âge c'est inimaginable.» Le tournage étant désormais terminé, place à la post-production. Mais les jeunes ont déjà hâte de se revoir chaque semaine pour continuer à créer, se dépenser et s'améliorer. «Nous avons appris à vivre ensemble et nous sommes tous très proches, clament Iman et Géraldine, 17 ans. Ghetto Jam, maintenant, c'est notre deuxième famille.» Les ados espèrent désormais une visibilité en salle et pourquoi pas toucher le cœur de mécènes, parrains ou producteurs afin de continuer l'aventure avec une saison 2.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio