Télécharger
l’édition n°969
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Trois Romands à l'assaut du Yukon, par moins 40°

Extrême En janvier 2020, trois Romands devront dompter le grand froid canadien à l'occasion de la Montane Yukon Arctic Ultra, réputée comme étant la course la plus froide et la plus difficile du monde. Au programme, 500 km à parcourir en maximum sept jours, par une température allant de -20 à -40 degrés. Hervé Acosta, Patrick Sumi et Victor Hugo Docarmo s'engagent pour une bonne cause, leur association OUT'CHA, avec l'objectif de réunir 10'000 frs pour organiser deux week-ends sportifs pour enfants. Respectivement Bellerin et Lutryen, les deux premiers expliquent au Régional leur préparation et leur motivation.

Octobre 2018, Utah, États-Unis, au départ de Grand to Grand (g. à d.) Patrick Sumi, Victor Hugo Docarmo et Hervé Acosta). DR

Daniella Gorbunova

Amis et férus de course à pied, Hervé Acosta, Patrick Sumi et Victor Hugo Docarmo s'apprêtent à relever un défi extrême pour la bonne cause (voir encadré). Le Bellerin Hervé Acosta et le Lutryen Patrick Sumi confient leurs motivations, leurs craintes et donnent un aperçu de l'exigeante préparation que demande une telle entreprise.

Après avoir déjà couru de nombreuses épreuves intenses, dont le Grand to Grand aux Etats-Unis, vous vous attaquez à la Montane Yukon Arctic Ultra, particulièrement extrême. Qu'est-ce qui vous y pousse ?

P.S.: Lorsque nous avions pris part au Grand to Grand, dans le désert, nous avons rencontré des gens qui nous en ont parlé. Nous étions dans l'extrême chaud, alors pourquoi pas tenter le grand froid. Aucun de nous n'avait jamais connu ce genre d'expérience avant, nous voyons donc cela comme une nouvelle aventure.

H.A.: C'est en effet un ami, dans le désert, qui nous a parlé d'une terrible course dans le froid. Avec des températures allant jusqu'à moins 40 et un traîneau à tirer. Nous avons tout de suite été intéressés par l'idée. Je pense que peu de gens ont pu expérimenter l'extrême chaud et l'extrême froid ainsi dans leur vie.

Comment vous entrainez-vous et quelles sont vos plus grandes craintes ?

P.S.: Nous nous entraînons, depuis quelque temps, à traîner des pneus tout en courant afin de nous habituer au poids du traîneau. Personnellement, j'ai également un coach pour tout ce qui est renforcement musculaire, gainage. Ma plus grande crainte est évidemment le froid. C'est pour cela qu'en novembre et en décembre, dès qu'il y aura plus de neige, nous prévoyons d'aller dormir sous tente sur un glacier, aux Diablerets par exemple, afin de nous préparer à affronter les températures extrêmes.

H.A.: Pour ce qui est de l'entraînement, j'ai l'impression que nous ne nous arrêtons jamais vraiment, à part dans le cas d'une blessure. Et le froid reste bien sûr l'ennemi numéro un – particulièrement pour ce qui est des mains et des pieds.

Qu'attendez-vous de cette course, au plan personnel et au plan du dépassement de soi ?

P.S.: Pour moi, c'est l'occasion d'aller explorer mes catacombes personnelles. Dans ce genre d'expérience, nous avons beaucoup de temps avec nous-mêmes, c'est donc un grand moment d'introspection. Mais il y a également les autres. Cela permet de nouer des relations très intimes et instinctives, où nous n'avons même plus besoin de parler pour nous comprendre.

H.A.: Je ne crois pas vraiment au concept du dépassement de soi, de ses limites. Lorsque les limites sont dépassées, ce qui arrive est un crash. Je vais plutôt me dire que je veux aller à la limite. L'apprendre, la gérer, car nous ne la connaissons jamais vraiment.

Quel conseil donneriez-vous à quelqu'un qui souhaite tenter l'aventure ?

P.S.: Je pense qu'il faut juste se lancer, le reste vient en cours de route. Il y a beaucoup de choses qui s'apprenent sur place. Trois jours avant la course, il y aura, par exemple, un cours de survie obligatoire.

H.A.: Il faut aller voir des gens qui ont déjà fait ce genre de choses, des pros. Nous nous sommes notamment adressés à des alpinistes. Car il y a des erreurs basiques auxquelles nous ne nous attendons pas forcément, qui peuvent tout gâcher en un clin d'œil, comme le fait de mal attacher un harnais, par exemple.

Date:17.10.2019
Parution: 969

Une course et un repas de soutien

Du 30 janvier au 7 février 2020, une vague de coureurs audacieux, venus du monde entier, déferlera sur le sol glacé du Yukon (Canada). La Montane Yukon Arctic Ultra est réputée comme étant la course la plus froide et la plus difficile du monde. Au programme, 500km à parcourir en maximum sept jours, par une température allant de -20 à -40 degrés. Sensations fortes garanties. Fondateurs de l'association OUT'CHA, qui se donne pour mission de récolter des fonds afin de soutenir des projets sportifs destinés aux jeunes, Hervé Acosta, Patrick Sumi et Victor Hugo Docarmo espèrent, via leur participation à cette course, récolter 10'000 francs au profit de la fondation Freude Herrscht, afin d'organiser deux week-ends sportifs pour les enfants.

Dans ce cadre, les trois sportifs organisent un souper de soutien vendredi 15 novembre, dès 19h au restaurant Le Tsalé (Les Paccots).

Tarif: 80 frs par personne, tout inclus.

Inscriptions: info@outcha.org

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio