Télécharger
l’édition n°970
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

« La gymnastique artistique est un sport très exigeant »

Montreux Du 26 au 27 octobre, la salle omnisports du Pierrier accueille les Championnats suisses de gymnastique artistique par équipes. Un événement d'envergure nationale pour une discipline qui souffre d'une baisse d'intérêt, à croire les organisateurs, la section locale de la FSG. Alors que les gymnastes alémaniques sont toujours aussi nombreux, un déclin de popularité est notable chez les Romands. Une question de mode, mais aussi de genre, avance David Demartini, gymnaste confirmé pratiquant depuis plus de vingt ans à la FSG Montreux.

Ludovic Meylan, de la section de Chernex. DR

Daniella Gorbunova

À vos anneaux, prêts, sautez! Du 26 au 27 octobre, la salle omnisports du Pierrier de Montreux accueillera les Championnats suisses de gym par équipes. Le samedi, place aux compétitions masculines sur six engins, contre quatre pour les concurrentes qui s'affronteront le lendemain. Lors de cet événement de grande envergure, quelque 2'000 spectateurs sont attendus. Les championnats nationaux par équipes ayant lieu chaque année dans un lieu différent, la FSG Montreux a déposé sa candidature auprès de la Fédération Suisse de Gymnastique – avec succès. Après avoir déjà hébergé, en 2013, les Championnats Suisses Elite. «Nous sommes ravis de donner la possibilité de concourir à la maison à nos gymnastes. Et nous sommes également fiers de pouvoir acceuillir les meilleurs athlètes suisses dans notre région», confie Emmanuel Demartini, ancien président du FSG Montreux et membre du comité d'organisation des Championnats.

Les Romands à la traîne

Malgré leur enthousiasme quant à la compétition à venir, les érudits de la gymnastique artistique s'inquiètent de la cote de popularité de leur sport, en chute libre depuis quelques années. C'est ce que Wiliam Sternheimer, président du comité de la FSG Montreux, souligne: «Nous avons postulé cette année dans le but de promouvoir la gymnastique artistique dans notre région. Car en réalité, le club de Montreux est l'un des derniers dans le canton de Vaud. Malheureusement, cela laisse penser que la discipline est en train de disparaître en Suisse romande.» Alors que, selon les hôtes, les gymnastes des cantons alémaniques sont nombreux et ne semblent pas être affectés par une quelconque perte d'intérêt, il semblerait que les jeunes vaudois boudent les barres et les anneaux. Cependant, Wiliam Sternheimer reste relativement optimiste: «La gymnastique artistique est un sport très exigeant. Par exemple, nous proposons trois entraînements par semaine, qui durent entre trois et quatre heures. Et il n'y a pas d'aménagement scolaire pour les enfants. Néanmoins, l'association cantonale désire continuer à promouvoir activement la discipline: un centre cantonal a été mis en place pour les filles. Et c'est en train de se faire pour les garçons également». Pour Emmanuel Demartini, si la quantité d'athlètes laisse à désirer, la qualité de leurs performances ne s'en trouve pas forcément atteinte: «Il est vrai que la gymnastique artistique est un sport de niche. Dans le canton de Vaud, genres et catégories confondus, nous arrivons à peu près à huitante gymnastes. Mais nous bénéficions tout de même de quelques sportifs très talentueux qui, dans les catégories individuelles, sont parmi les meilleurs de Suisse.»

Un sport genré?

David Demartini, gymnaste confirmé pratiquant depuis plus de vingt ans à la FSG Montreux, est à la fois confiant et excité à l'approche de la compétition. Mais il souligne également les difficultés que connaît la discipline, et met en avant un certain sexisme qui gravite, à sa grande déception, autour de ce sport: «La gymnastique artistique est une activité très difficile – il faut vraiment s'y donner corps et âme pour réussir quoi que ce soit. Et puis, lorsque nous sommes jeunes et que nous avons le choix entre de la gymnastique et du football, à un certain âge ce choix est vite fait. Nous allons plutôt nous tourner vers le foot pour être avec les copains, alors que la gym est parfois connotée comme un sport très féminin.» Si le regard des autres n'a pas freiné David, ce dernier soutient qu'il n'en a pas été ainsi pour son entourage: «J'ai beaucoup d'amis qui ont essayé la gym, mais qui ont très vite été en proie à des remarques portant sur les caractéristiques féminines de ce sport - ils ont donc rapidement abandonné. Ils préféraient rentrer dans le moule et faire du foot, par exemple», confie l'athlète.

Date:24.10.2019
Parution: 970

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio