Télécharger
l’édition n°971
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Auprès de mon arbre...

Pully Oyez, oyez braves gens la triste histoire d'un tilleul bicentenaire, euthanasié à la tronçonneuse après échec de réanimation. Un drame qui a provoqué l'émoi dans tout le voisinage et continue de faire parler de lui dans la succession!

Qui sait aujourd'hui dans quelle cave ou quel carnotzet se trouvent les reliquats de celui qui a abrité Ramuz, le général Guisan, d'innombrables mariages et soupers du Conseil. DR

Nina Brissot

Pas une gravure, une aquarelle ou une huile, de peintres comme Demenjoz, Maffly ou Thentorey, pas une esquisse de Pascal Besson, pas une photo de l'Esplanade du Prieuré sans que n'y figure, majestueux et éblouissant, le vieux tilleul couronné de sa canopée sauvage. Et puis un jour, ô rage, ô désespoir, ô vieillesse ennemie, comme aurait dit Corneille, voilà que le tilleul du Prieuré a trouvé, à la fin 2016, le bout de son chemin. La Municipalité a dû constater l'irréparable, la fin était inéluctable. Prise d'angoisse, elle a dû se résoudre à annoncer, le plus psychologiquement possible, au voisinage d'abord, à la Paroisse, à l'Abbaye des Bourgeois puis au Conseil communal, que le magistral tilleul avait rendu l'âme. Or, comme Pâques approchait, une de ses branches a servi d'arbre de Pâques dans le temple entouré de lapins, d'œufs et de fleurs. Ensuite, pour lever tout doute, l'arbre a été tronçonné et sa dépouille en morceaux exposée afin que tout éventuel incrédule puisse venir constater les signes de maladie qui rongeait son corps.

Mais voilà. Une nuit sans lune, allez savoir comment, des ombres de nostalgiques ou de collectionneurs se sont profilées et, sans faire de bruit, ont emporté les restes du vénérable. Qui sait aujourd'hui dans quelle cave ou quel carnotzet se trouvent les reliquats de celui qui a abrité Ramuz, le général Guisan, d'innombrables mariages et soupers du Conseil, sans oublier les anonymes qui un jour ont prêté serment à l'ombre de ses feuilles odoriférantes. Le symbole du Prieuré s'en était allé. Deuil.

La succession

Impossible de laisser errer l'âme de ce tilleul sans lui donner une branche où s'accrocher. Décision a donc été prise de faire les choses en grand. La place a été déracinée, un trou creusé, la terre évacuée et remplacée, et un camion grue chargé d'un arbre adulte est venu, en avril 2017, combler le trou de l'ancêtre. Ouf, ont crié ensemble le voisinage, la Paroisse, l'Abbaye des Bourgeois, le Conseil communal et la population. Mais le déraciné n'a pas aimé son déménagement et malgré sa vue imprenable sur le lac et les Alpes, il s'est mis à dépérir.

Malgré une analyse de la terre jugée excellente, force est d'admettre le résultat d'une autre analyse: le nouveau tilleul a subi un choc de transplantation qu'il n'est pas apte à dominer. Une expertise géobiologique et un contrôle des réseaux telluriques, doublés d'une lithothérapie, confirment un verdict attendu. Il faut dégager le moribond et le remplacer. Ce que l'entreprise Charmoy de Lutry va faire, sous garantie en le remplaçant par un tilleul argenté plus résistant aux chaleurs.

Nicolas Leuba, municipal de l'urbanisme et de l'environnement, a eu la délicate tâche d'en aviser le Conseil lors de la séance du 25 septembre. Le pathos qui l'habitait lors de cette annonce a touché les élus, qui ont pris la nouvelle avec philosophie et en applaudissant le municipal. Longue vie à ce nouvel arbre qui arrivera au printemps.

Date:31.10.2019
Parution: 971

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio