Télécharger
l’édition n°972
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Ouverture annoncée du sentier lacustre

La Tour-de-Peilz Le premier tiers du sentier des rives du lac, voté par les citoyens en 2010, sera bientôt mis à l'enquête, assure le syndic Alain Grangier. Un début de concrétisation qui concerne la portion partant de la Becque.

Le premiers tiers du chemin lacustre épargnera les propriétés privées, en empruntant les enrochements existants, en les complétant. Z.Decker

Gabriel Rego Capela

Un chemin semé d'embûches. C'est en 2010 que l'initiative populaire communale «Pour un accès public aux rives du lac» passe aux urnes. Le texte demande l'installation d'un trajet piéton aux bords du Léman, entre le Bain des Dames et la plage de la Maladaire, sur une longueur de 2 kilomètres. La proposition remporte un franc succès, avec 54,8 % des voix. Mais c'est sa mise en application qui se révèlera être un casse-tête pour l'Exécutif.

Entre le vote de 2010 et l'annonce du syndic ce 30 octobre, au dernier Conseil communal, il y a près de 10 ans de négociations avec les élus, les propriétaires riverains et les instances vaudoises. Dernièrement, les obstacles se trouvaient surtout du côté cantonal: le Service du Développement Territorial estimait que le tracé du sentier devait passer par les servitudes de passage existantes - ce que la Municipalité refuse, étant donné que cela impliquerait des défigurations paysagères importantes, et rendrait le chemin particulièrement ardu pour les personnes âgées (lire Le Régional 922).

Une situation débloquée, et des exigences cantonales abandonnées, après discussion avec la conseillère d'État Jacqueline de Quattro. Mais seulement pour une partie du sentier: son premier tiers, à l'ouest, à partir des bains de la Becque. Les deux autres restent encore au stade embryonnaire, et les objections cantonales à leur encontre ne sont toujours pas levées.

Non à une baisse d'impôts

«Je vous rassure, nous n'allons pas faire de référendum cette fois-ci», annonce l'UDC Yohan Ziehli, le sourire aux lèvres. Si le parti agrarien a réussi, par deux fois, en 2016 et 2018, à contrecarrer une hausse de l'impôt communal boéland, en soumettant la question au peuple et en obtenant son refus, il ne veut pas user à nouveau de cette tactique. Et pourtant, l'impôt communal augmente... en quelque sorte: avec le transfert du coût des soins à domicile dans les poches du Canton, les Communes vaudoises sont encouragées à baisser leurs impôts de 1.5 point, pour compenser la hausse cantonale équivalente. Ce que La Tour-de-Peilz, comme tant d'autres communes, n'a pas fait.

Si certains considèrent que la manœuvre revient à une hausse déguisée, personne n'a proposé de contester le maintien du taux à 64 %. Mais, sous l'impulsion de l'UDC, un amendement a été adopté: la somme équivalente à ce 1.5 point sera entièrement affectée à l'amortissement des travaux du nouveau collège Courbe, devisé à 31 millions. Cette construction était déjà au coeur des débats de 2016 et de 2018 d'ailleurs, où elle était avancée comme argument par les défenseurs de la hausse.

Date:07.11.2019
Parution: 972

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio