Télécharger
l’édition n°973
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Les écoles sont pleines, déjà

Bex Trois ans et demi après l'inauguration du collège de la Servanne, qui a coûté 24 mios à la commune, les bâtiments scolaires sont utilisés à leur capacité maximale. La pose de modules provisoires est prévue.

L'an prochain, des pavillons provisoires devraient être installés dans la cour du collège principal (ici en photo) et dans celle du collège de la Servanne.

Texte et photo: Valérie Passello

«D'après les projections, le nombre d'élèves va continuer à augmenter. 1'053 enfants fréquentent les dix bâtiments actuels, qui totalisent 59 classes. Nous nous orientons clairement vers la pose de containers», annonce la municipale de la formation Eliane Desarzens au Conseil communal le 6 novembre. Elle ajoute que les 72 places de l'UAPE de la Servanne sont utilisées, en moyenne, à hauteur de 91% de leur capacité, surtout durant les repas de midi. Le réfectoire de la Cible, au centre de Bex, sert 81 repas quotidiens, ce qui est aussi très proche de son plein potentiel.

À l'instar du canton, Bex doit faire face à l'augmentation démographique, poursuit l'élue: «C'est une tendance normale, on l'observe partout ailleurs. Depuis trois ans, nous avons dû ouvrir une classe enfantine supplémentaire chaque année. Outre le taux de natalité, nous payons le tribut de tous les nouveaux logements construits dans la commune ces dernières années», constate-t-elle.

Des pavillons pour la rentrée 2020

Un groupe de travail, composé de représentants de la direction des écoles de Bex, de la Municipalité et du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture, planche déjà sur les mesures à prendre pour accueillir les futurs élèves dans les meilleures conditions. Contact sera prochainement pris avec des entreprises spécialisées dans le domaine des pavillons scolaires provisoires.

«À la rentrée 2020, il nous faudra deux classes du côté secondaire et trois classes côté primaire. Cela comprend le besoin en salles de dégagement, qui permettent de travailler en petits groupes», détaille Eliane Desarzens. Ainsi, des modules devraient prendre place tant dans la cour du collège principal que dans celle du collège de la Servanne, les élèves du niveau secondaire étant scolarisés dans le premier et ceux du niveau primaire dans le second.

Pas de nouveau collège dans l'immédiat

Aurait-on vu trop petit lors de la construction du collège de la Servanne, inauguré en juin 2016? «Non, rétorque la municipale. Lorsque nous avons constaté que nous avions de la marge financièrement, nous avons construit directement quatre classes supplémentaires. Avec une enveloppe de 24 mios, nous ne pouvions pas aller au-delà. Ni d'ailleurs construire un étage de plus, car le dimensionnement de la zone ne le permettait pas.»

Avec la Servanne, 18 classes ont été créées dans la commune, mais d'autres, situées dans le bâtiment de la police ou sur le site de Szilassy, ont été abandonnées. Le Collège du Carroz, lui, a été vide pendant deux ans, avant de se remplir à nouveau. Faut-il, dès lors, imaginer une nouvelle construction? «Nous ne voulons pas construire tant que nous ne serons pas certains d'avoir suffisamment d'élèves à accueillir, ce qui en l'état paraît inéluctable. Il arrive toutefois que leur nombre diminue, ce qui a été le cas à Ollon cette année, par exemple. Nous sommes donc obligés de passer par du provisoire», conclut Eliane Desarzens.

Date:14.11.2019
Parution: 973

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio