Télécharger
l’édition n°974
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Thérapie de couple pour rire

Annie De Falcis présente à l'Oxymore son deuxième one woman show, «Je cherche encore et en corps», les 29 et 30 novembre. Médiatrice de couple, elle passe du cabinet à la scène. Confidentialité garantie.

Anna Yva passe en revue tous ses ex. Cela procure parfois une gêne vu le nombre... D. Panozzo

Stéphane Armenti

«Quand j'ai lancé mon premier spectacle, je ne savais pas ce que cela allait donner. Je n'avais pas envie de me mettre en avant et je voulais éviter de me prendre un mur, donc j'ai préféré créer un personnage. J'ai même tout fait pour qu'on ne me reconnaisse pas sur l'affiche», explique Annie De Falcis. D'où la naissance de son personnage pour les planches, Anna Yva, un peu «un brin hystérique mais authentique, elle s'applique comme elle peut pour mettre en pratique les conseils du thé-rapeute...», avoue l'auteure. Déjà présente dans «Amour, Glace et Bon Thé», joué à 80 reprises devant près de 3'000 spectateurs, dont 22 représentations au festival OFF d'Avignon en 2019, la thérapeute et son double ont créé cette fois «Je cherche encore et en corps».

«Les gens me disent merci»

Particularité, l'humoriste neuchâteloise s'inspire de situations personnelles mais aussi entendues dans son cabinet de médiatrice. «Mes spectacles thé-rapeutiques plein de sensibilité et mon activité professionnelle se marient bien. Il y a des problématiques de couples récurrentes et il me semblait important de les mettre en lumière. En jouant, c'est une façon d'atteindre plus de monde». Sur scène, l'actrice touche au thème de la confiance en soi, mais d'autres sujets aussi: «Si on ne s'aime pas, si on n'a pas confiance en soi, on a tendance à saboter nos relations», résume-t-elle.

Elle donne des conseils aussi. Exemples? «Anna Yva passe en revue tous ses ex. Cela procure parfois une gêne vu le nombre... Les spectateurs comprennent qu'elle a compensé un manque, le manque d'amour. L'amour de soi est essentiel». Ou encore: «Anna Yva se retrouve souvent dans l'émotionnel. Toutes ses émotions l'envahissent... Comme un pilote d'avion qui décolle dans le brouillard... Elles sont à libérer, pour être neutre et voler avec un ciel dégagé. C'est le conseil».

«Quand les gens me disent merci, cela me donne envie de continuer. Cela m'encourage, assure la comique. C'est paradoxal quand j'y pense: je parle de développement personnel, d'amour de soi et je constate que ce sont les autres qui me nourrissent. Je dois conclure que nourrir les autres me nourrit. C'est une co-création».

Une quanti-thé de projets

Aujourd'hui, l'auteure consacre environ la moitié de son temps à la création - écriture et scène - et l'autre moitié à son activité professionnelle. Mais elle avoue: «Dernièrement, des personnes d'un certain âge sont venues en consultation et nous avons évoqué le thème des regrets. Cela a été pour moi comme un électrochoc. Je veux éviter d'en avoir et comme le temps passe aussi pour moi, la création est devenue une priorité». D'ailleurs elle fourmille de projets: spectacles sur la violence conjugale, sur l'égalité hommes-femmes, traduction des deux premiers one woman show en plusieurs langues - allemand, anglais espagnol - et une «nouveau-thé humoristique et thé-rapeutique: «Les thés de l'amour», s'enthousiasme Annie De Falcis, c'est une animation d'improvisation où couples et célibataires peuvent venir poser des questions sur l'Amour. Parfois c'est la thérapeute qui répond, parfois un des cinq autres personnages que j'ai créé».

Les 29 et 30 novembre. Infos et réservations sur www.oxymore.ch

Date:21.11.2019
Parution: 974

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio