Télécharger
l’édition n°974
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Weber divise même après sa mort

Montreux Décédé le 2 avril 2019, le militant écologiste, citoyen de la ville depuis 1974, aura bientôt un parc, une rue ou un monument à son nom. Charge à la Municipalité de concrétiser cette motion des Verts, soutenue par une majorité de élus. Mais la position de certains PLR, qui ont voté contre en commission, «estomaque».

Franz Weber avait lancé deux initiatives communales pour sauver le patrimoine montreusien, sans succès (ici en 2007 avec le peintre Philippe Visson).

Amit Juillard

Etrange. Au moment des délibérations, le PLR se tait. Il flotte comme une odeur de malaise. Tous les autres groupes ont pourtant pris la parole, comme d'usage. Sujet du débat au Conseil communal ce 13 novembre: faut-il demander à la Municipalité de rendre hommage au militant écologiste Franz Weber en lui dédiant une rue, un lieu ou un monument, comme le demandent une motion de Florian Chiaradia (Les Verts) et une pétition munie de 856 signatures? Un mutisme qui tranche avec les critiques des trois PLR membres de la commission chargée d'examiner le texte, seuls à voter contre, le 8 octobre, les commissaires socialistes (2), vert (1) et Montreux Libre (1) l'ayant soutenu, et l'UDC s'étant abstenue.

«Il nuisait à Montreux»

«Ce personnage a fait plus de tort que de bien pour notre commune», affirme l'un des trois commissaires PLR, selon le rapport. «Il nuisait à Montreux», renchérit un deuxième. En cause notamment, des questions de constructions, d'aménagement du territoire et l'attitude du «vieux lion» envers les Autorités. Pour mémoire, l'activiste – décédé le 2 avril – s'est battu contre plusieurs projets immobiliers à Montreux. Il a notamment contribué à sauvegarder les Villas Dubochet, où il vivait, ou le Marché couvert et lancé deux initiatives communales pour sauver le patrimoine bâti. Sans succès toutefois. Dernière épine dans le pied des promoteurs, son initiative fédérale sur les résidences secondaires, acceptée en 2012. «Je suis estomaqué par l'ensemble des membres PLR de la commission», lance en plénum Vincent Haldy (Montreux Libre). «Il ne s'agit pas ici de savoir si on est pour ou contre tel ou tel combat mais de saluer la mémoire de l'homme, ajoute la verte Béatrice Tisserand. Franz Weber avait une envergure internationale et a remporté de nombreux prix.» Au vote, la droite – PLR et UDC – est partagée. Une alliance entre Les Verts, les socialistes et Montreux Libre fait pencher la balance: 49 oui, 29 non, 8 abstentions. Le lendemain, Florian Despond, vice-président du PLR Montreux-Veytaux, explique au Régional: «Il n'y avait pas du tout de malaise, mais nos membres avaient des opinions différentes. Et d'autres sujets étaient plus importants hier soir.»

«C'est une honte»

Jointe par téléphone, Vera Weber, présidente et directrice actuelle de la Fondation de son père, est heureuse: «Mon père est un grand homme qui a énormément apporté à la Suisse et à Montreux. Concernant ceux qui ne veulent pas reconnaître quelqu'un qui a tellement fait pour son pays, c'est une honte. Mais toute personne qui essaie de protéger la nature et le patrimoine s'oppose toujours à des intérêts immobiliers et économiques». La Municipalité devra faire une proposition à l'Organe délibérant. L'idée de renommer le parc du Basset en «parc Franz Weber» semble tenir la corde.

Date:21.11.2019
Parution: 974

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio