Télécharger
l’édition n°974
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

La lutte contre les envahisseurs s'organise

Grangettes Les communes de Villeneuve, Noville, Rennaz, Roche et Montreux ont mené un projet-pilote pour combattre les plantes invasives qui se répandent massivement dans la région au détriment des espèces indigènes.

Parmi les techniques utilisées, l'injection de vapeur d'eau sous pression. Hintermann & Weber SA

Textes: Valérie Passello

Arrachage manuel ou à la pelle mécanique, injection de vapeur d'eau sous pression ou attaque à la neige carbonique, tous les moyens sont bons pour venir à bout des néophytes envahissantes. Ces plantes exotiques, venues principalement d'autres continents, se répandent massivement au détriment des espèces indigènes. «En Suisse, 500 à 600 néophytes sont répertoriées, dont 57 sont sur la liste des envahissantes ou potentiellement envahissantes», indique le Centre national de données et d'information sur la flore de Suisse.

La réserve des Grangettes, dont les surfaces marécageuses et de bas-marais sont protégées au niveau national, n'est pas épargnée. C'est pourquoi un projet-pilote a été lancé en 2018 dans cette zone. Par les communes du Haut-Lac, avec le soutien du Canton et de l'Office fédéral de l'environnement. Après l'établissement d'un état des lieux (voir encadré), la lutte a donc été engagée.

Un travail de longue haleine

À l'issue de cette première année d'action, Pierre-Antoine Coquoz, garde-forestier au Groupement forestier des Agittes, constate: «Le volume de ces plantes diminue. Par exemple, la renouée du Japon est l'une des plus robustes. En passant six à sept fois par an pour arracher les plants qui ressortent, elle finit par se fatiguer.» La plantation de boutures de saule, pour concurrencer l'invasive au niveau racinaire, ainsi que la pose au sol de paillages de roseaux destinés à lui couper la lumière, complètent l'arrachage pur et simple.

Mais au vu de la prolifération rapide des néophytes, dont les graines voyagent facilement grâce aux autoroutes, chemins de fer ou cours d'eau, le combat n'est-il pas perdu d'avance? Pour Alain Stuber, du bureau d'études et conseils en environnement Hintermann & Weber SA, l'essentiel est d'intervenir rapidement: «Il vaut la peine d'agir là où ces plantes ne se sont pas encore installées massivement, de ne pas attendre.»

Sur les 11'000 m2 traités aux Grangettes, soit l'équivalent de dix terrains de foot, le projet semble porter ses fruits. Mais il ne faut pas crier victoire trop vite, prévient Pierre-Antoine Coquoz: «Même quand on croit qu'on est venu à bout d'une plante, elle peut se propager dans le sol et ressortir plus loin.» Ainsi, une surveillance et une action à long terme sont indispensables.

Informer et collaborer

Parallèlement aux mesures sur le terrain, une campagne de prévention et d'information a été menée. Des jardineries locales ont reçu un courrier leur demandant de ne plus vendre certaines espèces invasives, comme le buddleia de David, connu sous le nom d'arbre à papillon, ou le laurelle, un arbuste souvent utilisé dans les haies. «Certaines jardineries se sont montrées favorables, d'autres n'ont pas répondu. Nous espérons maintenant sensibiliser les maisons mères», confie Pierre-Antoine Coquoz.

Afin que la lutte soit efficace sur l'ensemble de la région, les privés sont eux aussi invités à agir. La Commune de Rennaz a par exemple contacté directement les propriétaires sur la parcelle desquels des néophytes étaient visibles, pour les prier de les arracher. Enfin, un principe de coopération est prévu, sur la base d'une convention. Les Autorités prendraient en charge la première intervention sur une parcelle privée, puis le propriétaire s'engagerait à arracher lui-même les repousses.

Ouvrez l'œil!

Dans la zone étudiée, comprenant le pied des Monts d'Arvel, Roche, la H144, le Grand Canal et le Léman, pas moins de neuf espèces de plantes néophytes ont été recensées. Pour Pierre-Antoine Coquoz, «Le premier échelon de la lutte est de savoir les reconnaître, afin d'éviter leur propagation.» Ci-dessous, quelques-unes des plantes signalées sur le site de la commune de Noville.

Date:21.11.2019
Parution: 974

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio