Télécharger
l’édition n°974
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Même le tribunal peut offrir de bons moments....

Aboulaye Penda Ndiaye, journaliste à 20 minutes, s'est, semble-t-il, bien amusé lors d'une séance au tribunal. Dans l'édition du 14 novembre de son journal et dans un style qui le distingue, il raconte une séance au Tribunal Cantonal Vaudois. Tout était réuni pour présenter un show qu'on ne voit même plus au cinéma ou à la télévision. L'accusé d'abord. Emprisonné pour violence domestique, arrivé bras et jambes entravés, il boite. Suffisamment pour qu'on lui pose des questions. Ce qui permet de découvrir que cette victime et plaignant se retrouve avec une hanche déboitée pour être ... tombé du lit en prison. Il était là à la suite d'une bagarre à couteaux tirés entre lui, Camerounais quadragénaire, et son épouse suissesse. Tous deux blessés dans des circonstances rocambolesques, ils ont l'un et l'autre porté plainte, lui se retrouvant à la case prison. Son avocate, Maryam Massrouri réussit, quant à elle, à énerver la Cour et le président Marc Pellet. Ses questions sont jugées non pertinentes et le président le relève haut et fort notamment par un «Vous plaidez n'importe comment et vous faites preuve de grossièreté». Or la dame en robe ne se laisse pas démonter et intime «Président, ne me parlez pas comme à un chien»! Une pause lui est imposée pour «structurer sa plaidoirie». L'ambiance restant soutenue, la Cour délie l'avocate de son mandat d'office tandis qu'elle demande une récusation de la Cour. Evidemment, il y aura un nouvel épisode de ce Koh Lanta judiciaire attendu avec frénésie. Après tout, ce n'est pas tous les jours que le désordre règne au tribunal aussi bien dans les rangs des juges que des jugés. Espérons que Aboulaye Penda Ndiaye sera de service.

Date:21.11.2019
Parution: 974

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio