Télécharger
l’édition n°975
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Feu vert à Cully gare

Bourg-en-Lavaux Les élus valident le plan financier qui va permettre de construire le bâtiment communal du futur complexe immobilier et commercial du plateau de la gare. Devisé à 12 millions, ce dernier sera bâti par une société tierce qui versera une rente annuelle d'au moins 162'000 à la Commune en contrepartie de son exploitation. Début du chantier annoncé fin janvier 2020.

L'immeuble comprendra des locaux commerciaux au rez et deux étages de logements, pour un prix de location moyen annuel de 300 frs par m2. DR

Stéphane Armenti

Applaudissements, remerciements des municipaux. L'heure est aux réjouissances le 18 novembre à la grande salle d'Aran. A la quasi unanimité - 48 pour, 0 contre et 2 abstentions - la décision est prise: confier à Equitim, fondation de placement basée à Lausanne, la réalisation du bâtiment communal du nouveau complexe immobilier et commercial de Cully gare, qui comprend également un P+R et un parking souterrain public. D'une capacité de 98 places, celui-ci sera construit par la même société, qui revendra 58 places à la Commune pour 3,99 millions, aménagements compris.

Effet concret, espère Evelyne Marendaz Guignet, municipale de l'urbanisme: «Dès fin janvier 2020, les chantiers vont s'ouvrir». Le plateau de la gare verra les pelleteuses et engins de chantier s'affairer pour construire cet édifice. Ce dernier, selon la Municipalité, sera «d'une surface d'environ 3'150 m2 de plancher. Avec des commerces au rez (1'130 m2), dont le magasin «Tout pour la vigne», ainsi qu'un cabinet médical de groupe. Et des logements aux 1er et 2e étages (2'020 m2), pour un prix moyen annuel de location de 300 frs par m2.

Pour rappel, 2011 voit les prémices de ce projet avec signature d'une convention. En 2014, le bureau Bonnard et Woeffrey gagne le concours d'architecture et prévoit la construction de deux bâtiments. Un bâtiment de la Commune et un deuxième bâtiment des CFF, ce dernier n'étant pas l'objet des débats ce 18 novembre. Avec pas mal de retard, notamment dû à la pollution des sols, qui nécessite un traitement pour près de 2 millions, dont 350'000 frs à la charge de la Commune.

Trop risqué pour la Commune

Ce bâtiment, la Commune n'entend pas le construire elle-même. «Le projet, d'un coût d'environ 12 millions, comportait de nombreux aspects à risques pour la Commune», justifie l'Exécutif, qui précise: «Plusieurs chantiers d'infrastructures prioritaires dans la commune sont à réaliser sur plusieurs années (...). La charge en travail est conséquente et à la limite des forces en présence». En clair, risqué et hors ressources humaines. «Ce n'est pas le métier de la Commune de faire de la promotion immobilière», résume Daniel Gay, président de la commission des finances (BEL Action).

Conséquence, dès avril 2019, elle lance un appel d'offres à investisseurs pour la réalisation et l'exploitation du projet. Au Conseil Communal, Jean-Luc Badoux, autre élu de BEL Action et architecte, s'étonne: «La Municipalité propose un Droit Distinct Permanent (réd: DDP, contrat par lequel la Commune de Bourg-en-Lavaux octroie le droit de construire sur son terrain, contre une rente annuelle). J'aurais aimé qu'elle présente toutes les possibilités: on vend le terrain; on reste propriétaire et une entreprise générale construit l'ouvrage; on construit et choisit tout...»

162'000 frs annuels en caisse

Le parking fait aussi débat: «Et si la Commune renonçait à le racheter?», questionne le PLR Jean Micol. «Tout le projet s'écroule, rétorque Evelyne Marendaz Guignet, la Commune veut gérer ces places de parc publiques. L'investisseur ne sera pas intéressé par ce petit parking».

Malgré ces quelques doutes, le résultat du vote est clair, l'assemblée accepte les propositions de rachat de parking et de DDP par lequel Equitim s'engage à construire et à exploiter le bâtiment pour une durée de 90 ans. En contrepartie, Bourg-en-Lavaux touchera une rente de sa part d'au minimum 162'000 frs durant les 90 ans contractuels, ou davantage, à savoir 31% de l'état locatif net dès la deuxième année.

Bâtiment CFF bientôt à l'enquête

La suite, c'est la mise à l'enquête du deuxième bâtiment, celui des CFF, aussi conçu par les architectes primés Bonnard et Woeffrey, «mi-décembre, début janvier 2020», assure Evelyne Marendaz Guignet. Quant au réaménagement de la gare par les CFF pour assurer quatre trains par heure entre Lausanne et Cully, prévue dès 2022: «En principe, les travaux vont débuter janvier 2020 pour une durée de deux ans», indique l'édile.

Date:28.11.2019
Parution: 975

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio