Télécharger
l’édition n°975
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Tout est bon dans le carton

Cully Séduits par la technique ancestrale italienne de cartapesta, deux artisans proposent leurs propres créations en papier mâché. Un résultat éblouissant issu du recyclage de matériaux locaux et usagés. Luminaires, carillons, chapeaux ou figurines de vignerons, leurs œuvres sont l'expression du patrimoine de Lavaux.

Béatrice et Christophe Richoz-Ommeniello ne manquent jamais d'idées pour leurs créations.

Texte et photo: Xavier Crépon

Entre rêve, passion et philosophie de vie. Les artisans culliérans Béatrice et Christophe Richoz-Ommeniello ont fait le choix, il y a plusieurs années, de se lancer dans la cartapesta. Technique ancestrale des Pouilles au Sud de l'Italie, elle transforme le papier mâché en véritables œuvres faites entièrement à la main. Les deux locaux se sont réappropriés cette technique, traditionnellement utilisée dans la création de santons et autres figurines, à la suite d'un voyage à Lecce. Luminaires, animaux, miroirs ou encore chapeaux et carillons des vignes, leur atelier enchanté est une vraie caverne d'Ali Baba.

Art local et durable

«Nous vivons et nous ne pensons qu'à ça. Cet art est devenu notre passion commune, s'exclame Béatrice. Quelle va être notre prochaine création? Est-ce qu'elle sera réalisable? Va-t-elle plaire? Difficile de s'y retrouver au quotidien avec la multitude d'idées que nous avons. Nous avons donc appris à nous canaliser.»

Le couple d'artistes se retrouve pleinement dans cette activité en tant qu'autodidactes. «Je suis plus dans le jet ou l'impulsion et mon mari est beaucoup méticuleux et précis, confie l'artisane. Tous deux habiles de nos mains, nous nous complétons parfaitement dans cet art traditionnel.»

Plutôt réussi comme pari. Il y a en effet de quoi rester bouche bée à la vue de leur atelier. En transformant des matériaux voués à disparaître, ce couple réussit à leur redonner une nouvelle lumière. Leur principe est le tout recyclé et local. «Toutes nos œuvres voient le jour grâce à ce que les gens nous apportent ou grâce à ce que nous trouvons de notre côté. Et autant dire que les Culliérans jouent bien le jeu, se réjouit Christophe. Ils nous appellent quand ils ont des cartons de bonne qualité à nous donner et nous recyclons souvent aussi le papier journal qu'ils nous amènent. Le Régional une fois qu'il est lu n'y échappe pas.»

Davantage qu'un art, un échange social

Au-delà de l'activité purement artistique, l'atelier représente une vraie bouffée d'air pour les deux artisans. «Les passants sont interpellés par ce qu'ils voient dans notre devanture, hésitent un instant, puis poussent souvent la porte, confie Béatrice. Et là c'est la surprise pour eux. Les yeux émerveillés, ils nous posent mille et une questions.» L'occasion pour Béatrice et Christophe de faire de belles rencontres et de transmettre leur passion. «Nous nous sommes lancés dans la cartapesta sur un coup de cœur et il nous le rend bien, se réjouit celui qui a été autrefois constructeur de bateaux. L'échange que nous avons avec ces gens crée du lien social et enrichit encore plus notre quotidien. Nous avons fait ce choix, mais cette chaleur supplémentaire extérieure fait que nous nous sentons vraiment privilégiés.»

Si vous êtes un brin curieux, il ne vous reste désormais plus qu'à pousser la porte de ce monde enchanté. Soit pour simplement admirer leurs œuvres, soit pour mettre vous-même la main au papier mâché en participant aux différents ateliers qu'ils organisent régulièrement.

Plus d'info sur www.latelierenchante.ch Les artisans participent au Cully Bazar, le 1er décembre. Ils accueilleront la symphonie sur échalas du multi-instrumentiste lausannois Alexandre Cellier, de 13h à 15h

Date:28.11.2019
Parution: 975

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio