Télécharger
l’édition n°976
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

«J'essaie d'être un caméléon»

La Tour-de-Peilz/Montreux Florence Quartenoud a reçu le prix de la meilleure actrice dans un second rôle aux Journées de Soleure en 2014. Mais entre deux apparitions sur scène ou au ciné, elle prête ses cordes vocales à la pub. Jusqu'au 22 décembre, la Boélande est à l'affiche des «Trois ténors» au TMR. Rencontre.

Sur scène ou à l'écran, Florence Quartenoud aime se transformer, à l'image de Meryl Streep, qu'elle admire. E. Curchod

Amit Juillard

Demain, elle sera la coiffeuse du philosophe valaisan Alexandre Jollien. La scène s'intégrera dans un film de Bernard Campan, acteur et réalisateur français, membre historique des Inconnus. Aujourd'hui, ce 28 novembre, Florence Quartenoud sourit: «Ces deux-là sont de belles âmes. Bernard Campan joue maintenant des rôles subtils. Comme Meryl Streep, c'est un caméléon. J'essaie aussi d'être un caméléon.» Dans la salle à manger de la maison familiale à La Tour-de-Peilz, le décor est épuré, industriel. Le ventilateur du Macbook Air posé sur la table s'essouffle. «Pour préparer l'interview, je me suis replongée dans mon CV.»

Travailler, ce luxe

Coup d'œil dans le rétro. Après le cours Paul Pasquier à Lausanne, la comédienne vit sa première sur les planches du Théâtre du Vieux Quartier à Montreux – actuel Théâtre Montreux-Riviera (TMR) – en 1983. A son actif depuis, plus de 40 pièces et plus de 40 films ou téléfilms, en Suisse, en France ou en même en Russie. Et cette apparition dans une production franco-indonésienne, «Lost in love»: «Un truc sorti de nulle part. J'ai même dit deux-trois phrases, apprises phonétiquement, en indonésien.» En 2014, aux Journées de Soleure, elle reçoit le prestigieux prix de la meilleure actrice dans un rôle secondaire pour son interprétation de Gloria dans la série «Port d'attache», d'Anne Deluz.

A 55 ans, a-t-elle réussi sa carrière? «J'ai toujours travaillé. C'est un luxe. Mais c'est parce que je n'ai pas fait que du théâtre.» Côté pub, Florence Quartenoud est, ou a été, avec plaisir, la voix de marques célèbres – habits, opérateur téléphonique, couches bébé. Elle a aussi fait des voix off de l'émission Temps Présent sur la RTS et tant d'autres. En décembre 2019, elle revient au TMR, à l'affiche des «Trois ténors» (lire encadré). Encore une histoire de voix.

«Les trois ténors», jusqu'au 22 décembre au TMR à Montreux. Réservations: www.theatre-tmr.ch ou 021 961 11 31

«Trois ténors» frivoles

Portes qui claquent, tromperies, amants dans les armoires, quiproquos... Jean Gabriel Chobaz met en scène «Les trois ténors», pièce de boulevard de l'Etasunien Kenneth Ludwig. Qui s'est inspiré du concert de Placido Domingo, José Carreras et Luciano Pavarotti à Rome en 1990. Synopsis: en 1936, dans une suite du Ritz, palace parisien, un producteur et son assistant, par ailleurs également son gendre et un «grand ténor par accident», mettent la touche finale au «concert du siècle». Leur défi: réunir trois grands chanteurs à l'égo surdimensionné sur une même scène. Le lever de rideau approche, mais l'événement est menacé par la frivolité des vedettes...

Date:05.12.2019
Parution: 976

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio