Télécharger
l’édition n°976
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Impossible n'est pas Silke Pan

Aigle Le film «Dompter l'impossible», de Vincenzo Puccia, sera projeté au cinéma Cosmopolis le 5 décembre à 18h. Il retrace le Tour des Lacs, un défi sportif réalisé cet été par l'athlète paraplégique Silke Pan.

Évoluant dans des conditions parfois difficiles, Silke Pan a su garder le sourire lors du Tour des Lacs. DR

Valérie Passello

Mais où s'arrêtera Silke Pan? La sportive sourit et rétorque, les yeux pétillants: «Je ne compte pas m'arrêter. Je vais d'abord tenter de me qualifier en handbike pour les Jeux Olympiques de Tokyo, qui auront lieu à la fin de l'été prochain. Ensuite, j'ai plein de projets en tête!» Malgré le fauteuil roulant qui fait partie de son quotidien depuis douze ans après un accident de trapèze, l'ancienne artiste de cirque n'en finit pas de se dépasser. «Depuis toute petite, ça fait partie de ma personnalité, j'ai toujours aimé aller chercher dans les extrêmes. Ça me fait grandir intérieurement», poursuit-elle.

Et c'est justement le message qu'elle souhaite faire passer à travers le film «Dompter l'impossible», tourné cet été: «C'est un film positif, de motivation. Sont but est de donner envie aux gens de croire à leur objectif et d'y aller.» Depuis 2016, Silke Pan a déjà réalisé de nombreux défis, gravissant les cols les plus escarpés à la force des bras sur son handbike.

Mais avec le Tour des Lacs, elle a mis la barre encore un peu plus haut. Elle a choisi de combiner le vélo à bras, le fauteuil d'athlétisme, la natation et le bellyak, une sorte de kayak couché. «Pour moi, raconte-t-elle, il est important d'aller vers quelque chose de nouveau, que je ne suis pas sûre de réussir. La natation et le fauteuil de course m'ont permis d'évoluer dans des endroits qui m'étaient difficilement accessibles jusqu'ici. Ce défi a ouvert mon esprit et mon corps.»

Hymne à la vie

Au lendemain du triathlon de Genève, qu'elle parrainait et auquel elle a pris part, Silke Pan part de la cité de Calvin le 14 juillet. En seize jours, elle parcourt près de 1'000 kilomètres, dont 75 sur l'eau. Son périple l'amène à traverser 26 lacs et à franchir une dizaine de cols. «Le premier jour était en quelque sorte l'épreuve du feu. J'ai commencé à nager à contre-courant, c'était pénible. La traversée du Léman, sur 11 kilomètres, était la plus longue de toute l'aventure. Mais je savais qu'il y aurait des moments difficiles, je m'y étais préparée. Que les épreuves soient physiques, mentales ou extérieures, il faut s'accrocher à son but, partir avec cette mentalité», insiste-t-elle.

Pour cette native d'Allemagne qui vient d'obtenir son passeport helvétique, un tel défi est aussi un hommage à la Suisse: «Nous traversons des paysages magnifiques, les images du film impressionnent les gens qui ne sont pas d'ici. Lorsque le réalisateur m'a contactée, sa vision correspondait à la mienne. Il voulait parler à la fois de la beauté de la Suisse et du défi sportif.» Sportif, le périple l'a aussi été pour l'équipe d'accompagnants, dont le caméraman. Tous ont dû vivre au rythme de Silke Pan et de son mari Didier Dvorak. Le couple mange peu, ne s'arrête jamais longtemps et peut pratiquer jusqu'à onze heures de sport par jour. L'époux de la championne est d'ailleurs très heureux du résultat sur pellicule: «Nous sommes fiers de ce film, car il nous ressemble, c'est vraiment nous. C'est un hymne à la vie», considère ce dernier.

Pour l'exemple et le partage

Le Tour des Lacs a été réalisé en soutien aux associations Handi-Capable et Handicap International. L'exemple de Silke Pan devrait, sans nul doute, encourager toute personne souffrant d'un handicap à explorer ses capacités, à chercher à dompter l'impossible, à son niveau. «Et il peut tout aussi bien inspirer les personnes valides», ajoute Didier Dvorak.

Silke Pan reprend: «Nous sommes encore imprégnés par de grandes émotions. Maintenant, nous avons envie de les partager.» L'athlète espère que le film de Vincenzo Puccia fera, lui aussi, un long chemin. La projection de «Dompter l'impossible», prévue le 5 décembre à 18h au Cosmopolis2 à Aigle est ouverte à tous, l'entrée est libre. Mais les places étant limitées, les réservations sont les bienvenues à l'adresse info@silkepan.com.

Date:05.12.2019
Parution: 976

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio