Télécharger
l’édition n°976
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

«J'ai dû quitter la maison très tôt, à l'âge de quatorze ans»

Pully À 21 ans seulement, Guillaume Maillard est une étoile montante du hockey sur glace. Originaire de Pully, le jeune homme est désormais attaquant pour Genève-Servette HC et titulaire en équipe nationale, avec laquelle il vient de remporter la Deutschland Cup. Entre motivation et sacrifices, portrait d'un sportif plein d'espoirs qui rêve de NHL, le prestigieux championnat canadien.

La passion de Guillaume pour la glace est née dès son enfance. Lafargue

Daniella Gorbunova

Enfant prodige de Pully, Guillaume Maillard est, depuis maintenant cinq saisons, attaquant au Genève-Servette HC, après être passé par Fribourg et avoir fait ses preuves à Lausanne. Du haut de ses 21 ans, il a en outre déjà joué à trois reprises avec l'équipe nationale, remportant avec celle-ci en novembre, la Deutschland Cup. Ayant terminé son gymnase en voie diplôme à Genève, le Pulliéran joue en tant que professionnel depuis trois ans. Et cela ne fait que commencer; plein d'énergie et d'espoirs, le jeune hockeyeur voit une grande carrière s'ouvrir à lui.

Parcours sans fautes

La passion de Guillaume pour la glace est née dès son enfance, avec l'aide paternelle: «Mon père était l'entraîneur de l'école de hockey lausannoise, confie le joueur. Cela m'a beaucoup aidé – c'est lui qui m'a mis sur les patins. Mes frères, un peu plus âgés, jouaient également, et je les ai suivis. Depuis, je suis le seul à ne pas avoir lâché.» Étant en effet l'unique enfant de la fratrie à avoir fait du hockey son métier, tous les espoirs sportifs reposent sur lui. À raison, car le parcours du jeune homme est pour l'heure irréprochable: «Je suis assez rapidement parti de Lausanne pour aller à Genève. Et c'est là-bas qu'ils ont vraiment eu confiance en moi, ce qui m'a également donné confiance en moi-même.»

Vivre son rêve d'enfant

«Depuis que je suis tout petit, je rêve de jouer en pro. C'est incroyable que ce rêve soit devenu réalité», lâche le hockeyeur. Et il ne compte pas laisser ce rêve lui filer entre les doigts. Déterminé, le jeune sportif tient avant tout à contribuer au progrès de son équipe: «Ma motivation vient du fait de gagner le plus de matchs possible, et surtout le championnat Suisse, car Genève ne l'a jamais remporté, précise-t-il. Cela m'enthousiasme beaucoup, d'autant plus cette année, car nous avons une très bonne équipe.» Quant à ses projets à long terme, Guillaume vise le sommet: «J'aime ce sport et j'ai envie d'aller le plus loin possible, me surpasser. Il est vrai que la NHL est le rêve de tout hockeyeur et je ne suis pas une exception (réd : la prestigieuse National Hockey League canadienne).»

Une vie faite de sacrifices

Mais le succès a un prix, le Pulliéran étant bien placé pour le savoir: «J'ai dû quitter la maison très tôt, à l'âge de quatorze ans. Ce n'était pas facile. Parmi les autres sacrifices notables que j'ai dû faire, il y a aussi le fait d'avoir arrêté les cours.» Une adolescence pas comme les autres donc, avec des règles strictes à respecter en permanence: «C'est très important d'avoir une bonne hygiène de vie. De ne pas faire d'écarts. Il faut toujours rester professionnel, même durant l'été.»

Les mojitos sur la plage, très peu pour Guillaume, qui doit se limiter en permanence. «Je mange le plus sainement possible, en ne cédant que très rarement au fast food. Je me couche toujours très tôt et ne sors jamais le soir, ou très rarement, déplore-t-il. Et lorsqu'il m'arrive de faire des sorties festives, c'est souvent avec l'équipe, pour resserrer les liens.» C'est une existence de moine, ou presque, que doit mener l'adepte de la glace, et cela au détriment de la vraie vie, ce qui ne le laisse pas toujours indifférent: «Il est vrai que c'est parfois difficile. Tous mes amis sortent s'amuser, font beaucoup de choses que je ne peux pas faire, comme boire ou manger gras par exemple. C'est assez dur de voir les photos qu'ils m'envoient. C'est comme si je ne vivais qu'à travers leurs expériences. Mais, au final, tous ces sacrifices en valent la peine, car je mets ainsi toutes les chances de mon côté.» Motivé et prêt à payer le prix du succès, Guillaume est en bonne voie pour compter parmi les étoiles suisses du hockey.

Date:05.12.2019
Parution: 976

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio