Télécharger
l’édition n°979
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

La parole en couleur

Lutry Privé de l'usage de la parole, polyhandicapé complexe, le Paudézien David Légeret s'exprime au pinceau. Difficilement mais avec une incroyable force de caractère. Une exposition de ses œuvres est à découvrir aux cimaises de la Villa Mégroz du 17 janvier au 2 février.

«Aux confins des protections cosmiques, la lune brille en plein jour» est le titre donné par David à cette œuvre qui garnit le carton d'invitation. DR

Nina Brissot

A la naissance de David Légeret, le polyhandicap était flagrant. Quinze mois! C'est le temps de survie estimé que lui donnent les médecins tant au Chuv qu'à Lyon, à Paris, en Angleterre puis aux Etats-Unis. Bouleversés à la perspective de perdre leur enfant, les parents consultent tous les centres de neurologie ayant une réputation. La sentence se confirme partout. Le délai est engagé. Pourtant, David – tout le monde laisse affectueusement tomber son patronyme – a aujourd'hui 37 ans et vit à Paudex. Quittant leur travail respectif à sa venue au monde, ses parents ont consacré tout leur temps à cet enfant pas comme les autres, pour qui le moindre mouvement demande une concentration et un effort à la limite du possible. Ils l'ont scolarisé à la maison, soutenu, aidé, accompagné. Depuis l'âge de 16 ans, David s'exprime grâce à la communication facilitée (CF), au moyen d'un clavier. Une méthode très fine qui se pratique entre un «facilité» et un «facilitant». Ce dernier soutient la main de la personne handicapée et doit ressentir ses impulsions. Tâche particulièrement difficile lorsque les mouvements volontaires sont quasi inexistants, ne laissant la place qu'à des impulsions spastiques. Cette méthode, enseignée à l'Université de Syracuse aux Etats-Unis, est reprise en art-thérapie et enseignée par l'Association CF-Romandie. David est suivi par la thérapeute spécialisée dans ce domaine Catherine Donnet, qui l'assiste dans ses aquarelles.

Des textes aussi

Toujours selon la même méthode, David écrit des textes dans lesquels, avec lucidité et humour «je suis si peu incarné que je suis quasi virtuel», il raconte les hauts et les bas de sa condition de polyhandicapé et sa rencontre avec les Amish de Pennsylvanie. Il a aussi le sens de la synthèse. Son père, Jacques Légeret, journaliste et conférencier, spécialiste du monde du Vieil Ordre Amish de Pennsylvanie et l'Indiana, a écrit plusieurs ouvrages sur ces communautés. Dans son dernier ouvrage, «L'Enigme Amish», c'est David qui a écrit la conclusion. Ce qui fait dire à son père: «En une page A4, David dit ce que je n'ai pas su exprimer en trois livres». Ce texte fait également partie de l'exposition de la Villa Mégroz à Lutry.

Aquarelles de David Légeret, Villa Mégroz, avenue du Grand Pont 20 à Lutry. Du 17 janvier (vernissage dès 18h) au 2 février. Mardi au samedi de 14h à 20h, dimanche de 10h à 16h. Fermé les lundis. Site CF-Romandie: www.cf-romandie.ch/ncfrom/

Date:16.01.2020
Parution: 979

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio