Télécharger
l’édition n°980
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

L'idée de rouler au ralenti divise

Blonay Les Verts et les Indépendants souhaitent que le centre du village devienne limité à 30km/h. En déposant deux postulats, l'un pour un état permanent, l'autre pour une application nocturne, ils souhaitent limiter les nuisances sonores liées aux véhicules. Peu du goût de la droite qui défend les libertés individuelles. Éclairage.

«Notre village souffre d'une augmentation de la circulation de manière continuelle depuis plusieurs années», observe le Vert Jean-Marc Nicolet.

Textes et photo: Xavier Crépon

«Notre village souffre d'une augmentation de la circulation de manière continuelle depuis plusieurs années, s'attriste le Vert Jean-Marc Nicolet. Avec toutes les nuisances sonores que cela engendre, il était temps de faire quelque chose.» En septembre dernier, son groupe dépose donc un postulat devant le Conseil. Alors qu'il souhaite une application permanente, celui des Indépendants propose, lors de la même séance, une limitation de la vitesse uniquement la nuit, de 22h à 6h.

Inciter ou contraindre ?

«Au nom de la tranquillité, nous souhaiterions tenter cette expérience, explique Jean-Marc Nicolet. Plusieurs valeurs limites sont déjà dépassées à proximité de Bahyse et de Cojonnex et la traversée du village est bruyante (6'000 véhicule/jour). En réduisant la vitesse, nous pourrions diminuer les nuisances sonores de moitié, alors pourquoi s'en priver?»

Mais la droite s'en passerait bien. Plusieurs élus montent au créneau pour défendre les libertés individuelles. «Cela va trop loin, déplore le PLR Guy Bernard. C'est comme ces gens qui vont habiter à la montagne et qui refusent les vaches parce qu'elles portent des cloches et qu'elles font du bruit.» L'UDC Romain Belotti dénonce lui l'excessivité de la démarche. «Avec Via Sicura, à 50km/h au lieu de 30km/h, c'est le retrait de permis garanti et une amende bien salée. De facto, tout le centre de Blonay est déjà à 30km/h par la force des choses.» Avec trois passages à niveaux sur le tracé, la droite craint aussi des bouchons plus importants aux heures de pointe. Contacté récemment par Le Régional, Jean-Marc Nicolet répond aux critiques. «Il n'a jamais été question de punition dans notre postulat qui se veut incitatif. Quant aux bouchons, la responsabilité est plutôt à chercher du côté des conducteurs qui veulent partir tous en même temps ou qui continuent d'amener leurs enfants à l'école alors que nous disposons d'une offre de transports publics largement suffisante.»

Alternative plus envisageable

Plus modéré, le postulat de l'ingénieur spécialisé en mobilité Sylvain Guillaume-Gentil demande une limitation uniquement la nuit. «Il est clair que le 30km/h permanent a plein d'avantages supplémentaires, comme une amélioration de la sécurité ou bien de la qualité de l'air, mais sa faisabilité et sa mise en œuvre est loin d'être garantie, explique l'élu. Pour les routes concernées, c'est le Canton qui définit les règles d'application et il envisage pour l'instant uniquement un changement aux heures nocturnes» (voir encadré). Après une expérience réussie dans plusieurs avenues lausannoises, l'État de Vaud encourage désormais les communes à prendre cette mesure lorsqu'elle s'avère nécessaire et proportionnée. Est-ce le cas à Blonay? «Une étude est actuellement menée par notre service d'urbanisme afin d'analyser les critères nécessaires à respecter, indique le syndic Dominique Martin. Ensuite la Municipalité prendra position et nous prévoyons de répondre aux deux postulats d'ici au début de l'automne.»

Des critères à respecter

Le Canton envisage une limitation à 30km/h de nuit uniquement si certaines conditions sont réunies. Laurent Tribolet, chef de la division Entretien de la DGMR (Direction générale de la mobilité et des routes), les détaille:

• Les valeurs limites en décibels doivent être dépassées, puis attestées à travers une étude de bruit approuvée par l'État.

• Le tronçon doit au minimum mesurer 300 mètres.

• Il doit y avoir au minimum 200 habitants/km impactés par l'émission de bruit excessive.

Date:23.01.2020
Parution: 980

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio