Télécharger
l’édition n°981
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

«Le passé appartient au passé»

Police Lavaux Depuis le 28 novembre, la direction de l'Apol a changé de visage, avec le Major Raphaël Cavin. L'occasion pour Le Régional de le questionner sur son parcours, ses objectifs et sur les critiques récentes contre ce corps de police basé à Lutry.

«Les attentes sont fortes»

Entretien: Nina Brissot

L'Association Police Lavaux (Apol), qui couvre Lutry, Chexbres, Puidoux, Bourg-en-Lavaux, St-Saphorin, Rivaz, a changé de gouvernance depuis maintenant deux mois bien sonnés. Succédant au lieutenant-colonel Eugène Chollet, c'est le Vaudois, Raphaël Cavin qui, avec une cinquantaine de personnes, relève le défi d'assurer la sécurité au cœur de Lavaux. Formé à la finance, après un passage à l'UBS, le Major Cavin a fait ses premières armes au sein de la Gendarmerie vaudoise en 1998, avant de rapidement bifurquer vers la Police de sûreté où il œuvrera dans différentes unités. Ce passionné d'affaires judiciaires rejoindra ensuite la Police judiciaire fédérale (fedpol), à Berne puis à Lausanne. Au sein de cette dernière, il dirigera, cinq ans durant, un commissariat de lutte contre le crime organisé, à l'antenne lausannoise de la Police judiciaire fédérale. Ce sera l'occasion pour lui de se familiariser avec la gestion du personnel, le management, la conduite d'affaires complexes ainsi que d'effectuer des stages à l'étranger, en France, Grande Bretagne, Belgique et Bolivie pour y suivre diverses formations.

Après près de dix ans de lutte contre la criminalité internationale, le commandant Cavin a souhaité revenir sur un terrain plus local. C'est ainsi qu'en 2016, il reprit la Division Opérationnelle de la Police Nord Vaudois en qualité de Chef de corps et des opérations. Ce corps de police compte une septantaine d'employés œuvrant notamment dans la deuxième ville du canton avec ce que cela implique en matière de criminalité. Lors de son investiture en Lavaux, le 28 novembre dernier, le Major Cavin s'est dit prêt à s'engager pour «apporter ma pierre à l'édifice des Polices communales vaudoises et contribuer significativement au rayonnement régional de l'APOL». Pour Le Régional, il revient sur son parcours et ses nouvelles fonctions.

Après deux mois, avez-vous eu le temps de prendre vos marques?

En réalité, je suis arrivé au sein de l'APOL le 1er octobre 2019 pour reprendre formellement la direction du service à la fin novembre. J'ai donc eu l'occasion de découvrir le secteur et rencontrer de nombreux partenaires en compagnie de mon prédécesseur. Les enjeux et les attentes sont importants. Si je commence effectivement à prendre mes marques, il faudra encore un peu de temps avant de pleinement maîtriser toutes les dimensions du poste.

Quelle différence entre ce poste et celui d'Yverdon?

La principale différence est que je n'avais que la conduite administrative et opérationnelle de policiers au sein de la Police Nord Vaudois. Mon nouveau poste comprend d'autres facettes propres à la gestion d'un service de sécurité publique au sens large, telles que la gestion des finances et des liens étroits avec les diverses Autorités politiques ainsi qu'avec la population.

Ne craignez-vous pas de vous ennuyer dans cette région si calme?

La criminalité n'est qu'un des multiples facteurs qui rythment le quotidien d'un commandant de police. Indépendamment du taux d'infractions, comme je l'ai précédemment dit, les attentes internes et externes sont fortes. Je m'efforcerai quotidiennement d'y répondre. A l'instar de tout chef, il s'agit effectivement d'«être et durer». Les prestations policières doivent continuellement être adaptées aux besoins spécifiques locaux. C'est la force d'une police de proximité. J'entends tout mettre en œuvre pour préserver une haute qualité de vie dans cette magnifique région. Dans un contexte de Police coordonnée, chaque corps de police a un rôle central à jouer, non seulement sur son secteur, mais également pour la sécurité de l'ensemble du canton.

Le fonctionnement d'Apol a dans le passé défrayé la chronique. Parmi les critiques: ambiance «clanique», machisme, double casquette du commandant, à la fois donneur d'ordres pour les Communes et exécutant. Pensez-vous pouvoir apaiser les tensions?

Le passé appartient au passé. Comme tous les corps de police, l'APOL a connu des phases difficiles, notamment de par l'action d'une minorité de collaborateurs qui n'étaient plus en phase avec la politique d'entreprise. La paternité des qualificatifs utilisés vous appartient. S'agissant de la gouvernance, l'APOL est une association qui fonctionne comme toutes les polices communales vaudoises, soit avec un organe exécutif, le Comité de direction, et un organe législatif, le Conseil intercommunal. Je découvre un service sain, des Autorités engagées et du personnel motivé.

Date:30.01.2020
Parution: 981

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio