Télécharger
l’édition n°981
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Blonay et St-Légier à un vote du mariage

Fusion Les deux Communes ont accepté leur convention de fusion malgré l'absence d'argument massue en faveur ou en défaveur du projet. Et certaines voix critiques pointant un manque de vision, d'ambition et d'enthousiasme et l'absence de projet de société. Reste à convaincre la population qui se prononcera dans les urnes le 17 mai. A la clé, une ville de près de 12'000 habitants.

La fusion reste une destination possible pour les deux communes.

Textes et photo: Xavier Crépon

Les votes sont limpides ce 21 janvier. Autant à Blonay qu'à Saint-Légier, dont les deux Conseils se prononçaient le même soir, la convention de fusion passe haut la main (Blonay: 38 oui, 18 non, 3 abstentions / Saint-Légier: 53 oui, 6 non). Blonaysans et Tyalos auront donc leur mot à dire. Car il faudra les convaincre en votation populaire le 17 mai. Un oui pourrait faire naitre une commune de quelque 12'000 habtitants le 1er janvier 2022.

Blonay accepte un projet ni bon, ni mauvais

Plus indécis que leurs voisins, les élus blonaysans ont tout de même validé la convention. Plusieurs d'entre eux ont regretté le manque d'éléments saillants en faveur ou en défaveur de cette fusion, sans pour autant l'enterrer, partageant ainsi l'avis de la majorité de la commission ad hoc: «Il n'existe pas d'argument massue qui permette de manière évidente de soutenir ou de rejeter la fusion. En revanche, le cours des choses, les intérêts communs des deux communes et les actions collaboratives menées depuis des décennies vont naturellement dans le sens d'une fusion.» Mais les Verts, auteurs d'un rapport de minorité, pointent le manque de vision, d'ambition et d'enthousiasme du rapport final ainsi que l'absence de projet de société et ils estiment que cette convention est un piège dans lequel il ne faut pas tomber. «Ce projet ne constitue qu'une démarche exclusivement administrative et technocrate sans aucune vision prospective pour les cinq à dix années à venir, déplorent-ils. Nous ne sommes pas opposés à cette fusion, mais elle doit être étayée et ne pas se limiter à un chèque en blanc sur lequel notre population devra se prononcer.»

S'armer face aux futurs défis

«Si nous avions proposé des mesures avec des politiques publiques définies, le rapport de minorité l'aurait également critiqué, ce dernier ne correspondant pas à ce que vous souhaitez, rétorque le municipal Bernard Degex. Le syndic Dominique Martin l'appuie: «Cette convention doit rester souple afin de permettre sa mise en œuvre par les futures Autorités.» Face à ces critiques, plusieurs voix s'élèvent dans l'assemblée pour défendre le projet. «Les futurs mariés font ménage depuis des années et sont désormais prêts, affirme l'UDC Romain Belotti. Même si le mariage ne fait pas toujours l'unanimité dans les familles respectives, nous devons soutenir ce jeune couple. Malgré nos quelques différences, tout nous rapproche: nos écoles, notre fiscalité, notre sécurité ou encore notre réseau d'eau.» Dubitatif au lancement de l'étude, le PLR Marc Schreiber est désormais aussi convaincu du bien-fondé du projet: «Même si nos Communes fonctionnent actuellement, nous allons au-devant de sollicitations de plus en plus complexes qui demanderont une structure forte. Cette fusion nous permettrait d'être mieux armés à l'avenir.» Ne voulant pas enterrer le projet sans avoir au préalable l'avis de la population, les élus décident finalement de suivre leur Municipalité. Le syndic Dominique Martin se félicite de ce résultat. «Un rééquilibrage entre les communes des hauts et du rivage est encore possible. Le dernier mot appartient désormais aux citoyens de nos deux villages.»

Date:30.01.2020
Parution: 981

À l'écoute des concitoyens

Satisfaits du résultat de la soirée, les deux syndics promettent de nouveaux échanges avec la population. «Nous souhaitons poursuivre le dialogue, également avec celles et ceux qui ne sont pas favorables à la fusion, commentent Dominique Martin et Alain Bovay. Il serait dommage que le projet soit refusé en raison d'inquiétudes infondées.» Deux débats sont ainsi prévus d'ici à la votation:

• Blonay: 2 avril à 19h, Aula de Bahyse

• St-Légier: 7 avril à 19h, Grande Salle-Le Grammont

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio